A A A
Dollar

La Banque Nationale veut séduire les millionnaires de l’Ouest

3 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La Banque Nationale a l’intention de partir à la conquête des grandes fortunes de l’Ouest canadien, rapporte La Presse Affaires dans son édition d’hier.

Pour y parvenir, l’établissement ouvrira le 18 novembre une filiale de gestion privée à Calgary, exclusivement réservée à une clientèle millionnaire, mais ayant pignon sur rue. Une deuxième succursale devrait voir le jour à Vancouver vers la mi-février.

La BN viserait ainsi l’objectif de disposer d’une dizaine de succursales de ce type en Alberta et en Colombie-Britannique « d’ici trois ou quatre ans » si les deux premières expériences sont concluantes, avec l’ouverture de bureaux à Victoria, Edmonton, Regina et Winnipeg. Et peut-être aussi, à terme, en Ontario.

« CONCEPT AGRESSIF ET AXÉ SUR LE CLIENT »

D’ordinaire, souligne La Presse, les services de gestion privée offerts par les grandes institutions financières canadiennes à leurs riches clients se faisaient en toute discrétion, ce qui ne sera donc plus le cas.

« On veut brasser l’industrie », explique dans le quotidien montréalais Luc Paiement, premier vice-président à la direction de la Gestion de patrimoine et coprésident de la direction de la Financière Banque Nationale.

« Notre nouveau concept est agressif et axé sur le client, précise-t-il. Notre intention est de changer la manière de faire les activités bancaires au pays. La Banque Nationale est la première grande banque canadienne à ouvrir des succursales de gestion privée avec pignon sur rue. »

UN CRÉNEAU POTENTIELLEMENT TRÈS PORTEUR

La gestion de patrimoine est un créneau potentiellement très porteur pour les banques et la gestion privée, destinée à une clientèle fortunée, est en pleine croissance, observe La Presse.

Ainsi, même si les revenus générés par la filiale Gestion privée 1859 de la BN ne représentent encore qu’un faible pourcentage de ses activités, avec un actif d’environ 15 milliards de dollars, l’établissement escompte bien que celui-ci croîtra de 10 % à 15 % par an d’ici à 2020.

Pour mettre toutes les chances de son côté, la Banque Nationale a par ailleurs complètement revu et « relooké » sa filiale, indique La Presse.

« DÉVOUEMENT, PERFORMANCE ET LIEN AVEC LES CLIENTS »

Résultat, elle a transformé son logo, avec la couleur noire en évidence, et son nom anglais Private Wealth 1859 est devenu Private Banking 1859, parce que « le mot banking est plus fort au Canada anglais », explique Éric Bujold, président de Gestion privée 1859.

D’après La Presse, « la prestation de services a été revue pour mettre l’accent sur le dévouement, la performance et la création d’un lien exceptionnel avec les clients », à l’instar de ce qui existe déjà à First Republic Bank, Disney, Ritz-Carlton et Four Seasons.

Dans le même ordre d’idée, poursuit le quotidien, « le temps de réponse, l’accessibilité aux services dans plusieurs langues et d’autres aspects des processus ont été revus et corrigés afin que la clientèle de l’Ouest du pays sente que le service est local ».

PLUS DE POUVOIRS POUR LES EMPLOYÉS

Enfin, les employés devraient disposer de plus de pouvoirs pour mieux servir leurs riches clients. « Répondre aux besoins n’est pas assez. Il faut aller au-delà de leurs besoins et les surprendre », justifie Luc Paiement.

Private Banking 1859 entend par exemple leur faire savoir qu’elle est la seule institution financière qui leur offrira un accès entièrement gratuit aux guichets automatiques partout dans le monde, puisqu’elle absorbera « tous les frais ».

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques