A A A
Baisse économique

La Banque TD prévoit une nouvelle baisse du taux directeur

28 janvier 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le plongeon du cours du pétrole a convaincu la Banque TD de réduire ses prévisions pour la croissance économique du pays en 2015, avertissant du même coup qu’une nouvelle baisse de taux d’intérêt était peut-être imminente, rapporte La Presse canadienne.

Dans un rapport, l’institution financière indique s’attendre désormais à ce que l’économie nationale n’avance que de 2 % cette année, alors que ses précédentes prévisions, émises en décembre, visaient plutôt une croissance de 2,3 %. Pour l’année prochaine, elle s’attend à une croissance de 2,2 %.

Vers un taux directeur à 0,50 % ?

Les économistes de la TD prédisent en outre que la Banque du Canada (BdC) réduira de nouveau son taux d’intérêt directeur d’un quart de point lors de sa prochaine décision à ce sujet, en mars, pour le porter à 0,50 %. Par la suite, ils s’attendent à ce que ce taux demeure immobile jusqu’à la deuxième moitié de 2016.

La banque centrale a étonné les marchés financiers la semaine dernière en réduisant son taux de financement à un jour cible d’un quart de point de pourcentage, à 0,75 %. Les économistes s’attendaient en effet à ce que le taux directeur soit maintenu à 1 %, où il se situait depuis septembre 2010.

Le gouverneur de la BdC, Stephen Poloz, avait alors expliqué que les conséquences du plongeon des prix du pétrole seraient « indéniablement négatives » pour l’économie canadienne. En abaissant son taux directeur, avait-il précisé, il voulait atténuer ces impacts et « offrir une assurance » contre les risques d’inflation et préserver la stabilité financière du pays.

Plongeon du baril de brut

« Ceux qui espéraient que le marché retrouverait un plus grand calme après les Fêtes ont été amèrement déçus », note le rapport de la TD, qui précise que « la chute des prix du pétrole s’est poursuivie et a été plus longue que tous ne l’avaient prédit il n’y a que quelques mois ».

Le cours du baril de pétrole brut, qui vaut actuellement environ 45 $US, a baissé de plus de 50 % depuis ses sommets de l’été dernier.

Selon la TD, ce plongeon s’explique surtout par une surabondance des réserves mondiales de pétrole et par le ralentissement de l’économie mondiale.

La banque prédit que le prix de référence du baril de pétrole se négociera en moyenne à 47 $US cette année, et à 65 $US en 2016, alors que ses prévisions de décembre voyaient plutôt le cours moyen à 68 $US en 2015 et à 80 $US l’an prochain.

Le huard à 75 ¢US en 2016

Les plus faibles perspectives pour les prix de l’or noir ont aussi « atténué » les prédictions de l’institution financière à l’endroit du dollar canadien, qui s’échangeait en début de semaine légèrement au-dessus du cap des 80 ¢US. Celle-ci croit que le huard continuera à chuter jusqu’en 2016, touchant un creux de 75 ¢US l’an prochain, avant de commencer à remonter.

Enfin, le rapport de la TD évoque d’autres conséquences de la baisse du cours du brut, une situation qui devrait permettre au ménage canadien moyen d’économiser près de 900 dollars en essence à la pompe cette année. En revanche, elle risque d’entraîner des pertes d’emplois dans les régions productrices de pétrole au pays et d’affecter leurs marchés de l’habitation.

Les cinq grandes banques abaissent leur taux préférentiel

La Banque Royale, la BMO, la Banque TD, la CIBC ainsi que la Banque Nationale ont réagi hier à l’annonce de Stephen Poloz d’une diminution du taux directeur en réduisant leurs taux d’intérêt préférentiels de 15 points de base. Les clients pourront finalement profiter d’une baisse d’intérêt, notamment sur les emprunts hypothécaires ou encore les marges de crédit.

À compter du 28 janvier (29 janvier pour la BN), les taux passeront donc de 3 % à 2,85 %.



La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.