A A A

La BDC doit agir

11 août 2009 | Céline Normandin | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La force du dollar canadien cause bien des maux de tête aux dirigeants des institutions économiques du pays. Bien que le huard soit en baisse de vitesse depuis quelques jours, son ascension par rapport au dollar américain depuis le début le l’année inquiète. Le dollar a gagné cette année 12 % par rapport au billet vert et affiché, en mai dernier, le gain mensuel le plus important de son histoire depuis la guerre de Corée. Plusieurs analystes estiment d’ailleurs que le huard pourrait atteindre la parité avec ce dernier d’ici la fin de l’année.L’économiste Derek Holt, de Scotia Capital, voit mal pour sa part la banque centrale s’opposer aux marchés internationaux. Le Fonds monétaire international faisait aussi valoir dans un rapport sur le Canada, paru en mai, l’inefficacité des interventions monétaires dans les pays développés.

Les taux d’intérêts gelés
L’envol du dollar pourrait cependant constituer une bonne nouvelle pour les consommateurs. Derek Holt, de Scotia Capital, estime que la Banque du Canada pourrait être tentée de maintenir les taux d’intérêt à leur plancher historique au-delà de la période prévue si la devise demeure forte. Une telle mesure diminuerait l’intérêt de la devise auprès des acheteurs internationaux.

Loading comments, please wait.