A A A

Blogues

Gino Savard / Vision d'entrepreneur

Vision d'entrepreneur | Gino Savard

La boîte à outils du conseiller : un gage d’efficacité!

24 août 2015 | Commenter

Qu’on se le dise : le conseiller du futur n’a pas besoin d’être un spécialiste en fiscalité. Il doit surtout être près de ses clients, se préoccuper d’eux et se montrer disponible. Pour le reste, il doit éviter de tout faire lui-même, au risque de se perdre sur un échiquier en perpétuel changement.

En 2015, on ne peut plus attendre d’un conseiller qu’il soit un spécialiste dans tous les domaines de la finance. De même, on n’attend plus de lui qu’il soit un spécialiste en produits ou un gestionnaire de portefeuille, mais plutôt un gestionnaire de relations avec de bonnes sources de référence. C’est pourquoi un conseiller efficace est d’abord et avant tout un généraliste qui bénéficie du soutien d’un cabinet. L’idée est de l’outiller afin qu’il ne perde pas de temps à chercher des références pour répondre aux questions de ses clients.

BIEN ASSISTER LE CONSEILLER 

Pour s’assurer d’une relation efficace entre le cabinet et le conseiller, il est primordial d’investir continuellement dans la boîte à outils. Voilà un poste de dépenses où les mesures d’austérité ne sont pas les bienvenues! Il faut indéniablement investir dans le personnel et les outils qui réduiront au maximum les tâches administratives du conseiller et qui lui permettront d’obtenir, en un tournemain, les ressources dont il a besoin pour faire face à des clients de plus en plus exigeants.

Ces ressources doivent notamment comprendre des outils clairs et concis de présentation d’offre de services afin que le client comprenne bien tout ce que le conseiller fait pour lui. Les logiciels ou les documents d’information utilisés pour informer les clients sont particulièrement importants dans le contexte actuel de divulgation prochaine de la rémunération des conseillers. Plus que jamais, le client devra comprendre le rôle et les tâches du conseiller, mais aussi les lois et les règles qui régissent son travail.

MISER SUR LES MÉDIAS SOCIAUX

Avec la popularité croissante des médias sociaux, le conseiller ne peut plus se permettre de rester à l’écart de ce vaste auditoire bien qu’il ne soit pas un professionnel des communications. La gestion de communauté est même devenue une profession à part entière dans certaines organisations! Même ceux qui sont des adeptes des plateformes sociales ne sont souvent pas qualifiés pour communiquer efficacement avec leurs clients pour ultimement générer de nouvelles affaires.

Le cabinet peut, là aussi, aider le conseiller à développer sa présence sur ces réseaux tout en sachant ce qu’il peut faire et ne peut pas faire. Une assistance technique combinée à un modèle communicationnel bien pensé permettront au conseiller d’utiliser adéquatement les médias sociaux pour optimiser sa pratique. Car n’oublions pas que les conseillers, surtout ceux qui ont débuté leur carrière à l’ère des téléphones à cadran, en ont déjà plein les bras avec la multitude de logiciels à utiliser dans leur environnement de travail. Pour celles et ceux qui ne sont pas des experts en informatique, comprendre le fonctionnement des médias sociaux peut s’avérer difficile.

CONSTANTE ÉVOLUTION

L’aide offerte par les cabinets a d’ailleurs beaucoup évolué au cours des dernières années. Elle est beaucoup plus technique. Elle peut toucher des branches très diverses : la communication, le volet juridique, la connaissance des produits, etc. L’évolution de cette aide est principalement liée au développement des nouvelles technologies et aux nouvelles règles de conformité relatives à la Loi sur la distribution de produits et services financiers au Québec. Les conseillers ne peuvent plus concentrer leurs activités uniquement sur l’assurance ou l’investissement. Ils ont la responsabilité d’aider leurs clients, de bien analyser leurs besoins, d’être proactifs. Leurs tâches et leurs responsabilités sont grandes, d’où l’importance de bénéficier d’une aide efficace.

Les outils offerts aux conseillers par les cabinets sont d’autant plus importants que les Québécois font de moins en moins confiance au premier venu. Ils vérifient, ils questionnent, ils challengent afin de s’assurer qu’ils sont entre de bonnes mains. C’est tant mieux, et le conseiller bien outillé saura faire face à cette nouvelle réalité!

Les opinions exprimées dans les blogues n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Conseiller.ca.
  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Loading comments, please wait.

Les articles...

Rogers médias numériques