A A A
Établissements

La britannique Barclays remercie 7000 employés

12 mai 2014 | Laurence Hallé | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le nouveau patron de la banque britannique Barclays, Antony Jenkins, a annoncé jeudi un important exercice de restructuration, principalement dans sa division d’investissement. Ce secteur subira ainsi 5000 des 7000 suppressions de postes prévues, d’ici 2016, dans les activités de marchés et de financement.

La banque d’investissement a enregistré de piètres performances en 2013, provoquant le mécontentement des actionnaires. Ce secteur représente, à l’heure actuelle, environ la moitié des activités de Barclays, mais sera réduit à 30 % une fois la restructuration complétée, rapportait l’AFP, jeudi.

Barclays tentera par ailleurs de se départir de 115 milliards de livres d’actifs qui ne correspondent plus à ses nouvelles orientations, dont la plupart proviennent de sa division d’investissement et d’autres actifs dans la banque de détail en Europe. Le groupe, qui avait déjà tenté, en vain, de vendre sa succursale française il y a deux ans, souhaiterait se retirer de ce secteur après y avoir perdu près d’un milliard de livres l’an dernier, selon le quotidien français Le Monde.

Dès 2014, Barclays, qui emploie environ 140 000 personnes à l’échelle internationale, compte supprimer 14 000 emplois toutes divisions confondues. La dernière annonce à ce sujet, faite en février, faisait plutôt état de 12 000 postes à supprimer.

La vaste opération de redressement a été amorcée au lendemain du scandale de la manipulation du taux interbancaire du Libor, en 2012. « À l’avenir, Barclays sera plus mince, plus forte, bien mieux équilibrée et positionnée pour dégager de la croissance, des retours [sur investissement] supérieurs [pour ses actionnaires] et moins de volatilité », a soutenu M. Jenkins dans un communiqué.

À lire : Libor : trois ex-employés de Barclays inculpés

Loading comments, please wait.