A A A
Entente

La Caisse recrute un cadre de la Banque mondiale

22 août 2013 | Fabrice Tremblay | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


La Caisse de dépôt et placement du Québec a recruté Rashad Kaldany au poste de premier vice-président, Pays émergents. Jusqu’à récemment, M. Kaldany était chef des opérations de la Société financière internationale (IFC), le bras financier de la Banque mondiale.

Le nouveau v.-p. aura pour responsabilité de poursuivre la mise en œuvre de la stratégie d’investissement dans les pays émergents. Pour y parvenir, il mettra sur pied un centre d’expertise interne devant épauler les équipes d’investissement dans leurs activités. Il sera également amené à bâtir des partenariats locaux pour permettre à la Caisse d’avoir une connaissance fine de ces marchés. L’institution espère ainsi faire bénéficier les entreprises québécoises d’information qui leur permettra de mieux saisir les opportunités qu’offrent ces pays.

« L’arrivée de M. Kaldany permettra à la Caisse de se positionner stratégiquement dans ces pays et ainsi tirer profit de leur croissance, affirme Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse. Avec sa feuille de route impressionnante comme investisseur et sa connaissance pointue des pays émergents, nul doute que M. Kaldany nous permettra de saisir les meilleures occasions d’affaires dans ces pays. »

Vaste expérience
À l’IFC, M. Kaldany supervisait l’ensemble des activités d’investissement et de services-conseils. Seulement en 2012, l’IFC a investi dans les pays émergents quelque 25 milliards de dollars américains dans le secteur privé. Pendant près de 20 ans au sein de cette organisation, il a géré des équipes et investi notamment dans les régions de l’Asie, de l’Afrique du Nord/Moyen-Orient et de l’Europe de l’Est.

M. Kaldany a eu l’occasion de travailler dans plusieurs pays et environnements multiculturels. Il parle français, anglais et arabe. Il est titulaire d’un doctorat en biochimie de l’université Columbia ainsi que de deux maîtrises de l’université Stanford, l’une en administration des affaires de la Graduate School of Business et l’autre en administration du Food Research Institute.

Loading comments, please wait.