A A A
Économie

La Chine supprime le taux plafond des prêts bancaires

26 juin 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La Chine entend lever ses contrôles sur les taux plafonds d’emprunt bancaire, rapporte l’AFP. L’objectif? Aider les banques à augmenter leurs prêts et permettre au milieu de tirer le meilleur des mesures d’assouplissement monétaire de Pékin.

Concrètement, le volume des prêts ne sera plus limité à 75 % du niveau des dépôts effectués par les banques. Toutefois, les instances régulatrices maintiendront leur vigie à l’égard de ce nouveau ratio prêts/dépôts pour valider la capacité financière des institutions concernées.

Pour rappel, ce taux plafond avait été instauré dans le milieu bancaire commercial en 1998. Il serait aujourd’hui considéré comme désuet face au contexte actuel, permettant aux institutions de lever des fonds en dehors des dépôts.

Cette déréglementation suit la suppression du taux plancher annoncée en juillet 2013.

IMPACTS ATTENDUS

Si l’initiative a pour but de permettre aux banques de prêter plus à de meilleures conditions, notamment celles de taille plus modeste, elle pourrait aussi contribuer à bonifier l’effet de certaines mesures d’assouplissement monétaire de la banque centrale (PBOC).

Mais plusieurs experts sont d’avis que l’impact sur le niveau général du crédit dans le pays risque d’être minimal. C’est le cas de la maison de courtage Nomura, qui croit que lever le ratio prêts/dépôts aidera les banques à augmenter leurs prêts, mais que « l’impact à court terme sur le volume de crédit restera probablement marginal ».

La demande réduite de prêts dans un contexte de ralentissement économique, et la prudence face aux défauts de paiement démontrée par les banques, qui privilégient les groupes d’État aux firmes privées, pourraient aussi contribuer à diminuer les effets escomptés.

Néanmoins, selon la banque ANZ, citée par l’AFP, le marché chinois peut néanmoins tabler sur une baisse des coûts du crédit et sur l’optimisation des mécanismes de transmission des politiques monétaires.

La rédaction vous recommande :

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques