A A A

La chute du prix de l’or n’attire pas les acheteurs d’or physique

22 juin 2006 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(22-06-2006) Le prix de l’or a perdu 25 % de sa valeur en un mois, après avoir atteint, en mai, son plus haut niveau depuis 25 ans. Pourtant, cet important glissement n’a pas incité les acheteurs d’or physique à se manifester, selon Precious Metals Quarterly, un rapport publié par ScotiaMocatta, division des métaux précieux de la Banque Scotia.

« Ce manque d’intérêt de la part des acheteurs peut s’expliquer par une réduction des flux de trésorerie, causée par la panique qu’ont éprouvée les acheteurs face à un prix dépassant les 700 $US l’once, par des appels de marge ayant affecté les prêts en souffrance et par un déclin considérable des marchés boursiers régionaux, commente Bernard Hunter, directeur de ScotiaMocatta. La chute accélérée du prix de l’or, qui atteignait alors les 731 $US l’once, peut constituer une autre explication, puisqu’elle a incité de nombreux acheteurs à prévoir d’autres pertes à court terme. »Après une longue période de ralentissement des achats d’or physique, durant le premier trimestre de 2006, l’Inde et le Moyen-Orient, centres traditionnels de consommation de l’or, avaient constaté une montée soudaine de la demande, permettant aux prix de l’or de franchir les 600 $US l’once à la mi-avril. Les prix avaient finalement dépassé les 700 $US l’once le 9 mai dernier. En moins de deux jours, l’or se négociait à plus de 730 $US l’once. Les négociateurs d’or physique et les bijoutiers craignaient une nouvelle réévaluation et l’ont acheté tout au long de sa remontée, pour finalement constater une correction des marchés, ce qui a de nouveau entraîné un recul du prix à 545 $US l’once en un mois.

En réaction à la volatilité constante des prix, les acheteurs d’or physique ont ensuite préféré ne prendre aucune décision et attendre un retour à l’ordre des marchés. En Inde et au Moyen-Orient, les fabricants continuent d’observer un ternissement de la demande.

La stabilisation récente du prix de l’or, qui voisine maintenant les 570 $US l’once, a favorisé une reprise de la demande relative à l’or physique sur le marché. Cependant, plusieurs intervenants hésitent à acheter à ce prix, craignant de subir d’autres pertes.

« Étant donné que le marché est sur le point d’entamer une période habituellement tranquille sur les plans de l’activité et de la demande d’or physique, je ne serais pas surpris de constater l’exercice de nouvelles pressions sur le prix de l’or à court terme, a souligné M. Hunter.(…)Selon l’opinion générale, les grands spéculateurs sont responsables de la volatilité du marché, qui doit être corrigée avant le retour des vrais acheteurs. »

En ce qui concerne l’argent, le lancement récent du fonds négocié en bourse(FNB)iShares a favorisé un regain de la demande. La quantité d’argent détenue par le fonds est passée de zéro à plus de 70 millions d’onces en moins de deux mois. Par ailleurs, cette demande a accentué la pression exercée sur le taux d’intérêt imposé quant aux emprunts effectués pour l’achat d’argent. En réaction, les intervenants du marché ont réduit le niveau de leurs stocks dans le monde entier, et renvoyé leurs suppléments de métaux à Londres.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000