A A A
Économie

La croissance s’accélérera au Québec en 2014, selon BMO

8 mai 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


L’économie québécoise devrait s’améliorer et progresser de 1,7 % cette année et de 2 % l’an prochain, alors que sa croissance n’a été que de 1,1 % en 2013, selon le Livre bleu de BMO (en anglais) publié hier.

À l’instar du Livre beige de la Réserve fédérale américaine, ce document repose à la fois sur l’expertise d’économistes de la compagnie et sur de l’information obtenue par ses services auprès de gens d’affaires de différentes régions.

« Au Québec, le climat économique demeure stable et les propriétaires d’entreprises de la province envisagent la prochaine année avec un optimisme prudent, affirme BMO. La majorité de nos clients nous disent qu’ils sont en train d’adapter leur modèle d’entreprise aux nouvelles réalités du marché, afin de maintenir leur rentabilité. »

Confiance du milieu des affaires

Selon l’institution financière, les secteurs des exportations et de la fabrication ont freiné la croissance dans l’ensemble de la province, mais le vent semble tourner.

« La combinaison d’une demande plus forte en provenance des États-Unis et d’un dollar canadien plus faible aura des effets favorables sur ces secteurs, estime Robert Kavcic, économiste principal chez BMO Marchés des capitaux. La politique a dominé le Québec au cours des derniers mois. D’un point de vue économique, un gouvernement majoritaire ramène une certaine stabilité politique dans la province, ce qui devrait favoriser la confiance du milieu des affaires. »

La banque fait également remarquer que pour Montréal aussi l’année 2013 a été mouvementée, avec notamment les répercussions de la Commission Charbonneau et l’élection d’un nouveau maire et d’un nouveau conseil municipal.

Cependant, prévoit-elle, 2014 sera aussi « marquée par des investissements immobiliers majeurs dans les secteurs commercial et résidentiel » au cœur de la métropole, « ce qui contribuera à transformer la ville et à établir de solides bases pour le développement économique ».


Un bon printemps pour l’économie canadienne

Selon le Conference Board, les indicateurs à court terme laissent croire que le printemps sera favorable à l’économie nationale, rapporte La Presse Canadienne.

Le groupe de réflexion d’Ottawa a notamment annoncé que son indice avancé composé avait augmenté de 0,4 % en mars, tout en précisant que le secteur des exportations semblait prêt à amorcer une remontée en raison d’une demande accrue en provenance des États-Unis.

La Banque du Canada a présenté la reprise économique américaine comme étant un facteur clé de la santé économique au pays, estimant qu’une activité accrue au sud de la frontière aura pour effet d’accroître la demande pour le bois canadien et d’autres matériaux de construction, de même que les produits manufacturés.

L’économiste en chef adjoint du Conference Board, Pedro Antunes, a cependant prévenu que la vigueur de l’indice tenait probablement en partie à la poussée constatée à la suite de la tranquille période des premiers mois de l’hiver, due à des conditions météorologiques particulièrement difficiles.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques