A A A
Justice

La Deutsche Bank accusée d’avoir floué ses clients

4 février 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Deutsche_bank_425Une nouvelle affaire de fraude pourrait ternir encore un peu plus la réputation déjà bien entachée de la Deutsche Bank (DB), rapporte Le Monde.

En effet, plusieurs de ses clients l’accusent aujourd’hui d’avoir utilisé un « logiciel trompeur » afin de manipuler des transactions de change à son profit. Un recours collectif a d’ailleurs été déposé en décembre dernier par le cabinet d’avocats international Hausfeld devant un tribunal new-yorkais.

Le cabinet, qui pourrait déposer une plainte identique devant un tribunal de Londres dans les prochains mois, représente notamment des fonds d’investissement, des fonds de pension et des groupes multinationaux, ainsi que plusieurs banques centrales européennes, africaines et asiatiques, qui estiment avoir été flouées par la banque allemande au cours de leurs transactions.

UNE FRAUDE TRÈS ÉLABORÉE

Le recours collectif, dont Le Monde a pu prendre connaissance, décrit un système complexe. Ainsi, « la DB aurait inséré sur sa propre plate-forme de transactions de devises, mais également sur d’autres plates-formes du même type, un algorithme permettant de différer légèrement le passage de l’ordre d’un client de son exécution, afin de rejeter les opérations susceptibles de lui être défavorables, ou de proposer au client un prix moins bon qu’annoncé au départ ».

Plus précisément, indique Le Monde, cet algorithme aurait permis « de décaler de quelques dizaines à quelques centaines de millisecondes le passage d’un ordre de transaction de son exécution ou de son rejet », soit « une éternité dans la galaxie du trading à haute fréquence ».

5 300 G $US ÉCHANGÉS CHAQUE JOUR

Le marché des changes est le plus important marché financier du monde, rappelle le journal. Chaque jour, un volume de devises équivalant à 5 300 G $US y est ainsi échangé entre différents acteurs, le plus souvent par voie électronique et sans intermédiaire boursier.

Les cinq grandes banques qui dominent ce marché (Citigroup, Deutsche Bank, Barclays, JP Morgan et UBS) sont soupçonnées depuis longtemps de s’être entendues sur les cours des devises pour accroître leurs profits. L’an dernier, certaines d’entre elles ont d’ailleurs dû payer des amendes de plusieurs milliards de dollars aux autorités de régulation américaines et britanniques.

Le patron de la DB demande aux investisseurs d’« être patients »

Après une perte record en 2015, le président du directoire de la première banque allemande a demandé aux actionnaires de faire preuve de patience, expliquant que sa refonte devrait atteindre son point culminant cette année, rapporte Reuters.

« Nous savons que les périodes de restructuration peuvent être éprouvantes », a admis John Cryan, avant de préciser que la refonte de l’institution financière prendrait un an et demi à deux ans et qu’il ne jugeait pas nécessaire, pour l’instant, d’en augmenter le capital.

PERTE DE 1,76 G$

La semaine dernière, les comptes trimestriels avaient révélé une perte de 1,15 milliard d’euros (1,76 milliard de dollars canadiens) du segment banque d’investissement, due notamment aux frais de règlement de litiges.

Même s’il a reconnu que la restructuration en cours affectait le moral des employés, le patron de la DB s’est dit persuadé que sa stratégie finirait par porter ses fruits.

« Nous pouvons transformer Deutsche Bank en un établissement plus fort, plus efficace et mieux géré, et nous le ferons », a-t-il déclaré.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.