A A A
Économie

La Fed laisse ses taux d’intérêt inchangés

17 mars 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

hypotheque_maison_tauxLa Réserve fédérale des États-Unis a opté hier pour le satu quo en laissant son taux directeur inchangé, rapportent La Presse canadienne et l’Agence France-Presse.

À l’issue de deux jours de réunion à Washington, son comité de politique monétaire (FOMC) a décidé de maintenir les taux d’intérêt dans leur fourchette actuelle comprise entre 0,25 % et 0,5 %, conformément aux attentes des marchés.

Pour justifier cette décision, l’institution a évoqué des pressions mondiales, qui pourraient ralentir l’économie américaine, ainsi que les turbulences actuelles sur les marchés mondiaux, alimentées par le ralentissement économique de la Chine, les difficultés d’autres pays émergents et la chute des cours des matières premières, dont le pétrole.

L’ÉCONOMIE MONDIALE « POSE DES RISQUES »

« La situation économique et financière mondiale continue de poser des risques », indiquent les membres du FOMC dans un communiqué. Si l’on en croit l’AFP, il s’agit là d’« une terminologie nouvelle qui reflète une inquiétude accrue depuis leur réunion de la fin janvier ».

La banque centrale américaine a cependant énuméré certains éléments qui contrebalancent ces menaces, notamment des indicateurs qui témoignent d’une vigueur croissante du marché de l’emploi. Elle dit voir en outre une certaine reprise de l’inflation.

« Si les conditions financières se sont nettement améliorées récemment, la croissance économique à l’étranger apparaît plus molle que prévu », a de son côté souligné la présidente de la Fed, Janet Yellen, lors d’une conférence de presse.

AUGMENTATIONS EN JUIN ET EN DÉCEMBRE?

La plupart des économistes s’attendent à ce que la Fed augmente ses taux à deux reprises cette année. La première de ces hausses pourrait avoir lieu en juin.

C’est notamment l’avis de Francis Généreux, économiste principal au Mouvement Desjardins, qu’il exprime dans une analyse publiée hier.

« Alors que l’amélioration des marchés financiers au cours des dernières semaines suggéraient à certains analystes que la Fed pourrait ouvrir la porte à une seconde hausse de taux directeurs en avril ou en juin, (…) les nouvelles prévisions [revues à la baisse] de ses dirigeants ferment l’option du mois d’avril », écrit-il.

Sa conclusion ? « On perçoit que la Réserve fédérale demeure préoccupée par le contexte international. Seulement deux hausses sont anticipées en 2016 et nos scénarios tablent sur des augmentations en juin et en décembre. »

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques