A A A
Argent

La femme qui a coûté 9 G $US à JP Morgan Chase

14 novembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Elle s’appelle Alayne Fleischmann. Avocate en valeurs mobilières et ex-gestionnaire de transaction pour JP Morgan Chase de 2006 à 2008, elle vient d’aider les autorités à mettre au jour ce qui pourrait être le plus grand scandale financier de l’histoire américaine, celui derrière les prêts hypothécaires toxiques ayant mené à l’effondrement économique de 2008, rapporte le Rolling Stone.

Avec son témoignage, les régulateurs auraient réussi à obtenir davantage de JP Morgan Chase en dédommagement, soit 9 G $US. Le paiement de cette lourde amende a toutefois privé le public d’un procès et de la révélation des secrets entourant la pratique des ventes de prêts toxiques, qualifiée de « fraude criminelle massive » par Mme Fleischmann.

En 2006, alors à l’emploi de JP Morgan Chase, la gestionnaire de transaction, dont le travail consistait à valider la qualité des produits avant leur lancement dans le marché, a été témoin de nombreuses pratiques frauduleuses, et est entrée en conflit direct avec plusieurs membres de l’équipe de direction.

Selon elle, environ 40 % des prêts accordés entre 2006 et 2008 étaient basés sur des revenus surestimés, alors que la norme de Chase se situe à 5 %. Cas de figure : un prêt hypothécaire consenti par l’institution financière chiffrait à 117 000 $US le revenu d’une professionnelle en manucure. Après calcul, Mme Fleischmann a découvert que la cliente aurait dû travailler 488 jours par année pour se mériter un tel salaire.

En 2008, l’avocate a fait les frais de mises à pied massives. Elle a débuté sa collaboration avec les autorités en 2012, aidant à prouver que Chase a vendu des produits toxiques en pleine connaissance de cause, en omettant de détailler les problèmes rattachés à ceux-ci.

Ce texte a d’abord été publié sur Advisor.ca. Traduction et adaptation par Yves Rivard.

La rédaction vous recommande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques