A A A
Immobilier

La maison des riches Canadiens vaut 1,5 M$ en moyenne

26 mai 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La résidence principale des Canadiens les plus riches vaut 1,5 million de dollars en moyenne, selon un sondage publié hier par BMO Gestion de patrimoine.

Effectuée en ligne par la firme Pollara en octobre dernier auprès d’un échantillon représentatif de 306 Canadiens disposant au minimum d’un million de dollars d’actifs à investir (excluant leur régime de retraite d’employeur, leurs produits d’assurance et leur propriété), cette enquête montre qu’au Québec, la valeur moyenne de la maison des mieux nantis atteint « seulement » 678 600 dollars.

Hypothèque moyenne : 176 000 $

L’étude indique également que la quasi-totalité des riches Canadiens (95 %) sont propriétaires de leur résidence plutôt que locataires et que 58 % ont remboursé la totalité de leur hypothèque (au Québec, cette proportion tombe à 47 %).

Parmi ceux qui ont une hypothèque, le montant moyen qu’ils doivent encore rembourser se chiffre à 176 000 dollars pour l’ensemble du Canada, comparativement à 95 800 dollars au Québec.

Le sondage révèle par ailleurs que près de 40 % d’entre eux (36 % des Canadiens et 39 % des Québécois) possèdent une résidence secondaire, dont la valeur moyenne est de 708 500 dollars au Canada et de 477 100 dollars au Québec.

Pourquoi une résidence secondaire?

Les principales raisons qui motivent l’acquisition d’une deuxième propriété sont : pour les vacances avant tout (47 %); pour faire un placement (39 %); pour disposer d’une propriété à revenu (36 %); pour avoir un bien à léguer à ses enfants (28 %); pour la retraite (12 %); pour faire des affaires (9 %).

Parmi les Canadiens qui possèdent une propriété supplémentaire, 80 % en ont une au pays, 27 % aux États-Unis, 11 % en Europe, 8 % en Amérique centrale, en Amérique du Sud ou dans les Caraïbes, 7 % au Mexique ou en Asie et 5 % en Australie.

« Une option de choix »

« Plusieurs [de ces] familles disposent d’un capital substantiel qu’elles ont accumulé dans leur résidence principale et leurs portefeuilles d’investissement », indique Craig Downey, vice-président et directeur général, Services bancaires platine chez BMO Banque privée.

« Pour ceux qui cherchent à diversifier leurs placements, l’achat d’une propriété additionnelle au Canada ou à l’étranger peut s’avérer une option de choix, car les taux d’intérêt n’ont pratiquement jamais été aussi bas », assure-t-il.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques