A A A
Épargne

La majorité des Canadiens préparent mal leur retraite

18 février 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Une majorité de Canadiens semblent confier leur retraite au hasard plutôt que de la planifier, si l’on en croit un sondage sur les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER) publié hier par RBC Planification financière.

Menée en ligne par Ipsos Reid du 3 au 17 novembre auprès de 3 205 personnes de 18 ans ou plus, cette enquête d’opinion nationale contient certaines données inquiétantes quant à l’avenir d’une large portion de la population.

Ainsi, bien que 61 % des répondants affirment qu’une de leurs principales préoccupations est de manquer d’argent s’ils vivent jusqu’à 100 ans (ce qui est envisageable vu la hausse de l’espérance de vie au pays), seuls 39 % ont cotisé à leur épargne-retraite en 2014, tandis que près du tiers (30 %) n’ont même pas encore commencé à mettre de l’argent de côté pour assurer leurs vieux jours.

Les femmes encore plus mal loties

Le sondage indique également que les femmes sont particulièrement mal préparées à cette période de leur vie:

• 75 % n’ont pas d’objectif d’épargne-retraite (comparativement à 62 % chez les hommes);
• 60 % n’ont pas de plan financier (54 % chez les hommes);
• 39 % ne détiennent aucun REER (31 % chez les hommes);
• 44 % ne bénéficient pas d’un régime de retraite d’entreprise (38 % chez les hommes).

« Il y a certains aspects de votre retraite sur lesquels vous n’avez aucune maîtrise, par exemple votre état de santé. Cependant, vous pouvez mieux vous préparer à ce qui vous attend en élaborant une planification qui tienne compte de plusieurs scénarios différents », commente Richa Hingorani, première directrice, Soutien à la planification financière chez RBC.


La rédaction vous recommande :

 

Loading comments, please wait.