A A A
Attention

La maltraitance financière envers les aînés sous surveillance

12 juin 2018 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

maltraitance-aines-argentÀ l’approche de la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des aînés, le 15 juin, l’Autorité des marchés financiers vient de publier un rappel des précautions à prendre pour prévenir les risques de fraude visant cette catégorie de la population.

Rappelant que tous les consommateurs peuvent un jour être victimes de fraudeurs, l’AMF souligne que les personnes âgées constituent néanmoins souvent des cibles de choix, notamment en raison du patrimoine qu’elles peuvent avoir accumulé et, dans certains cas, de leur vulnérabilité.

« En général, on peut considérer qu’une personne devient vulnérable si ses caractéristiques ou circonstances personnelles entraînent un déclin temporaire ou permanent de ses capacités physiques ou cognitives », détaille l’Autorité. Dans ce cas, ajoute-elle, « elle a malheureusement une plus grande probabilité de se faire frauder ou de choisir des produits et services qui ne lui conviennent pas ». De même, « l’isolement, le décès d’un conjoint et un réseau qui diminue sont des facteurs qui augmentent le risque de maltraitance financière ».

Pour aider les professionnels de l’industrie à mieux savoir déjouer certains pièges qui risquent de menacer la situation financière de leurs clients âgés, l’AMF revient sur trois fraudes courantes dont ces derniers pourraient faire les frais.

FRAUDE PAR AFFINITÉ

Ce type d’arnaque consiste à se faire recommander un investissement par un membre d’un groupe auquel on appartient, ce qui peut contribuer à inspirer confiance. « Les fraudeurs approchent souvent des gens qui partagent les mêmes croyances ou les mêmes intérêts qu’eux » et « les associations de loisirs, les résidences pour aînés et les lieux de culte constituent des endroits de prédilection pour certains fraudeurs, qui viennent y tisser des liens avec des victimes potentielles », met en garde l’AMF.

Souvent, le mode opératoire des escrocs est le suivant : une fois les liens créés avec leur victime, ils lui proposent des occasions d’investissement soi-disant « uniques et exceptionnelles ». Et habituellement, ils lui demandent de ne pas ébruiter l’affaire, car c’est « une occasion en or qu’ils ne veulent partager qu’avec leurs amis ou certaines personnes choisies ».

En réalité, les arnaqueurs veulent surtout éviter que la victime ne pousse sa réflexion et procède aux vérifications d’usage auprès de ses proches, de son institution financière ou de l’Autorité. Cette dernière souligne que la démarche des fraudeurs est facilitée lorsque la personne qu’ils ont prise pour cible est isolée. Pour faire face à ce genre de stratagème, il importe donc de « demeurer vigilant, peu importe son âge » et de toujours rester sur ses gardes lorsque quelqu’un vante des succès financiers et propose des offres alléchantes, soi-disant réservées à un club d’initiés ou de privilégiés.

« PROCHE EN DÉTRESSE »

Un autre stratagème courant, souvent appelé « fraude des grands-parents », consiste à soutirer de l’argent en se faisant passer pour un proche afin d’éviter d’éveiller les soupçons de la victime. Le scénario classique consiste en un appel téléphonique ou un message posté sur les réseaux sociaux. L’interlocuteur s’identifie alors comme étant un proche, affirme être en détresse et demande qu’on lui transfère de l’argent rapidement.

Si jamais une telle situation se produit, l’AMF recommande que la personne qui a reçu ce message pose beaucoup de questions à son soi-disant proche afin de confirmer son identité. « Soyez sur vos gardes, car avec les réseaux sociaux, beaucoup d’information de nature personnelle est partagée et peut devenir utile à de potentiels fraudeurs. Avant d’effectuer un transfert d’argent, questionnez-vous. Prenez également le temps de contacter d’autres membres de la famille afin de vérifier l’histoire et demandez un numéro de téléphone pour joindre la personne qui se dit en détresse », conseille l’Autorité.

Pour éviter aux aînés de tomber dans ce piège, le gendarme boursier québécois suggère également que les professionnels de l’industrie ou les proches des personnes concernées leur recommandent de ne jamais céder à une telle demande sans avoir confirmé l’identité de leur interlocuteur et en avoir parlé autour d’eux.

HAMEÇONNAGE

Troisième arnaque très répandue, l’hameçonnage consiste souvent en l’envoi de courriels ou de messages textes « qui ressemblent à s’y méprendre à ceux que pourraient expédier des entreprises, des institutions financières et des organismes gouvernementaux légitimes », note l’AMF.

Or, qu’il s’agisse de l’annonce d’un remboursement d’impôt, d’un gain à une loterie ou d’une communication selon laquelle le compte bancaire de la personne qui reçoit le message a été piraté, ces annonces n’ont qu’un seul but : lui soutirer des renseignements personnels et financiers confidentiels, comme son NAS, un numéro de carte de crédit, ou encore un NIP. Le danger, dans ce cas, c’est qu’avec ces informations, les fraudeurs peuvent agir rapidement et extorquer des sommes importantes à leurs victimes.

La solution? « Méfiez-vous de tels messages et n’y répondez jamais. Un organisme gouvernemental ou une institution financière ne procédera jamais de cette façon pour obtenir ou mettre à jour vos renseignements personnels », rappelle l’AMF.

NE PAS SE FIER AUX APPARENCES

Outre ces trois grands types d’arnaques, l’Autorité prodigue d’autres conseils aux aînés pour limiter les risques qu’ils soient un jour victimes de stratagèmes malhonnêtes. « Pour atteindre le portefeuille de leurs victimes, les fraudeurs gagnent d’abord leur confiance. Ils se présentent bien, semblent informés et compétents, comme de véritables professionnels. Ils excellent dans l’art de la persuasion et savent faire ressortir leurs fausses qualifications et réalisations », avertit l’organisme.

En cas de doute, il est donc important de toujours vérifier si les entreprises et individus qui offrent des produits et services financiers sont autorisés à le faire en consultant le Registre de l’Autorité. En effet, même si cette inscription n’est pas une garantie absolue contre la fraude, elle confirme néanmoins que l’entreprise ou l’individu est autorisé à exercer. Enfin, l’AMF invite les particuliers qui se verraient offrir des investissements avec, à la clé, la promesse de rendements extraordinaires à l’en aviser immédiatement en se rendant sur son site web.

Une entente-cadre pour combattre la maltraitance envers les aînés

Dans le but d’assurer une meilleure protection et d’apporter l’aide nécessaire aux personnes aînées qui sont victimes de maltraitance, le gouvernement du Québec, en partenariat avec quatre organismes gouvernementaux, dont l’Autorité, a mis sur pied une Entente-cadre nationale pour lutter contre la maltraitance envers les personnes aînées.

Selon ses promoteurs, cette structure vise « à assurer une meilleure protection et apporter l’aide nécessaire aux aînés qui sont victimes de maltraitance et assurer le meilleur processus d’intervention concerté permettant d’y remédier ».

La rédaction vous recommande : 

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000