A A A
Économie

La négociation à haute vitesse joue un rôle positif

10 décembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

horodateur_vitesse_accelerer_425La négociation à haute vitesse (NHV) a des impacts majoritairement positifs sur les marchés des titres de capitaux propres canadiens et leurs investisseurs, révèle une étude de l’OCRCVM publiée hier.

Selon l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières, ses résultats « ne révèlent pas de problèmes qui justifient la prise de mesures réglementaires en plus de celles déjà mises en œuvre ».

« AUCUNE PREUVE » DE PROFIT

Les analystes tirent plusieurs conclusions en faveur de la NHV :

  • les négociateurs à haute vitesse fournissent généralement plus de liquidité;
  • ils jouent un rôle capital dans la formation des cours;
  • la majorité des ordres passifs qu’ils saisissent améliorent le meilleur cours ou correspondent au meilleur cours en vigueur;
  • on ne trouve presqu’aucune preuve qu’ils tirent profit de la présence de négociateurs ordinaires plus lents ou qu’ils effectuent des opérations en avance sur le marché à leur détriment. (Rappelons qu’une telle opération consiste à exécuter un ordre non-client susceptible d’avoir une incidence sur le cours d’un titre avant d’exécuter un ordre client visant ce titre.)

D’AUTRES INITIATIVES DE L’OCRCVM

L’étude « vient compléter d’autres initiatives déjà prises par l’OCRCVM en vue de régir la NHV et la négociation algorithmique », notamment les règles sur la négociation électronique et les exigences concernant l’accès électronique aux marchés accordé à des tiers, ainsi que la publication de notes d’orientation sur les pratiques manipulatrices et trompeuses, souligne l’organisme dans un communiqué.

À propos de l’étude sur la NHV

Au cours des deux premières des trois phases de sa recherche, l’OCRCVM a scruté les activités d’« un groupe d’opérateurs ayant saisi un nombre d’ordres élevé par rapport au nombre d’opérations réellement exécutées pendant une période déterminée », puis procédé à leur analyse.

Durant la dernière phase, cinq équipes d’universitaires indépendantes choisies par l’Organisme ont examiné l’impact de la NHV sur les marchés des titres de capitaux propres canadiens. Leurs travaux ont fait l’objet de discussions lors d’une récente tribune publique organisée en collaboration avec le Capital Markets Institute (Rotman School of Management, Université de Toronto).

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques