A A A
Affaires

La présidente de l’OCRCVM va prendre sa retraite

3 avril 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Susan Wolburgh Jenah

Susan Wolburgh Jenah, présidente et chef de la direction de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM), a annoncé hier son intention de prendre sa retraite. La date de son départ a été fixée au 31 octobre prochain.

Elle avait été nommée présidente et chef de la direction de l’Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM) en juin 2007. À ce titre, elle a donc dirigé la fusion de l’ACCOVAM et des Services de réglementation du marché inc., qui a donné naissance à l’OCRCVM en 2008.

Durant son mandat, l’organisme a mis au point et instauré d’importantes réformes opérationnelles et politiques destinées à protéger les investisseurs, à renforcer les normes sectorielles et à améliorer l’intégrité du marché.

« Transparence et responsabilisation accrus »

« Dans le cadre de ses fonctions, elle a mis à contribution son expérience de plus d’une trentaine d’années à titre de responsable de la réglementation et des politiques et comme arbitre, et elle a laissé une marque indélébile dans le domaine de la réglementation des valeurs mobilières au Canada », a souligné Marianne Harris, présidente du conseil de l’OCRCVM.

Sous sa houlette, l’organisme a notamment amélioré les normes de compétence sectorielles et professionnelles, maintenu des marchés ordonnés et équitables et élaboré une approche fondée sur le risque pour la réglementation et la surveillance de près de 200 courtiers en valeurs mobilières et leurs 29 000 agents individuels approuvés à l’échelle du pays.

Mme Wolburgh Jenah « a également plaidé en faveur d’un engagement, d’une transparence et d’une responsabilisation accrus de la part des parties prenantes afin d’améliorer la réglementation et la conformité », rappelle l’OCRCVM.

Aider les consommateurs à mieux investir

Depuis sa création, l’objectif de l’organisme a été forcé de s’adapter aux changements rapides dans le milieu de la négociation d’actions face à une concurrence, à des innovations et à des développements technologiques de plus en plus importants.

C’est ainsi qu’en 2010, il a lancé sa « plateforme d’enrichissement des techniques de surveillance » (Surveillance Technology Enhancement Platform, ou STEP), un système de surveillance multimarchés sans équivalent au monde.

Toujours durant le mandat de Mme Wolburgh Jenah, l’éducation et l’engagement des investisseurs ont été une priorité. Avec, entre autres, la création d’une série de produits éducatifs destinés à améliorer leur culture financière et à aider les consommateurs à devenir des investisseurs mieux informés.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques