A A A
Argent

La retraite de 100 patrons vaut celle de 50 millions de foyers

29 octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les 100 dirigeants d’entreprises américaines les mieux payés, dont certains sont toujours en exercice, bénéficient de retraites égales à celles de 50 millions de foyers aux États-Unis, soit près de la moitié des familles du pays, selon une étude (en anglais) publiée hier.

Réalisée par le Center for Effective Government et l’Institute for Policy Studies, deux groupes de réflexion basés à Washington, celle-ci a calculé que le bas de laine des 100 patrons américains disposant des plus importants fonds de pension atteignait la somme vertigineuse de 4,9 milliards de dollars, soit environ 280 000 dollars par mois, et ce, jusqu’à la fin de leur vie.

UNE ILLUSTRATION DE LA MONTÉE DES INÉGALITÉS

Ce montant correspond également à l’argent que les 116 millions d’Américains les plus pauvres ont économisé pour leurs vieux jours, ajoutent les deux organismes.

« Ces retraites dorées ne sont pas le fruit d’un dur labeur des PDG ou de choix d’investissement plus éclairés. Elles résultent de règles spécialement conçues pour récompenser les dirigeants qui se trouvent déjà en haut de l’échelle », soutient l’étude.

Alors que beaucoup de jeunes salariés ont de la difficulté à mettre de l’argent de côté pour leur retraite à cause du manque d’emplois stables et du poids « incroyable » des dettes qu’ils ont contractées durant leurs études, les avantages consentis aux patrons des grandes compagnies illustrent la montée des inégalités aux États-Unis, estiment le Center for Effective Government et l’Institute for Policy Studies.

234 MILLIONS DE PENSION CUMULÉE

Toujours d’après l’étude, ces derniers ont vu leurs retraites s’envoler grâce à une disposition particulière leur permettant de ne pas payer d’impôts sur les sommes qu’ils ont épargnées. En effet, aucune limite ne leur est imposée, contrairement à monsieur et madame Tout-le-Monde qui, eux, sont « plafonnés » à 24 000 dollars par an à partir de la cinquantaine, expliquent les deux groupes de réflexion.

Le rapport dénonce notamment le cas de David Novak, PDG du groupe Yum! Brands (Pizza Hut, KFC, Taco Bell, etc.), qui occupe la première place du podium avec une pension cumulée supérieure à 234 millions de dollars.

Tout cela alors que plusieurs centaines d’employés de la compagnie n’ont droit à aucune retraite, souligne le document.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques