A A A
Medicament

La vérité sur les soins de fin de vie

10 décembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Lorsque les médecins discutent des possibilités de traitements avec des patients âgés ou atteints de maladies chroniques, il y a une question qu’ils redoutent de poser : « Si votre cœur arrête de battre, voulez-vous que nous tentions une réanimation cardio-respiratoire? »

C’est du moins l’avis de Brett Belchetz, urgentologue et collaborateur au National Post. À cette question, la plupart des patients, ainsi que leur famille, répondent oui sans savoir que le taux de réussite de cette manœuvre est en réalité très bas, soit d’environ 15 % dans les hôpitaux et d’à peine 2 % dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée. C’est sans compter que la moitié des patients qui y survivent souffrent de fractures et de lésions cérébrales.

Une réalité qui contraste fortement avec les films hollywoodiens, où 75 % des personnages victimes de crises cardiaques ressuscitent, la plupart du temps sans complication.

Lisez la réflexion de Brett Belchetz (en anglais) sur les soins de longue durée et de fin de vie.

Et abordez cette question avec vos clients. Ils voudront peut-être modifier leurs directives pour les soins en fin de vie.

La rédaction vous recommande :

Mandataire : le bien-être de vos clients en dépend

Parler santé avec vos clients boomers

Conseiller une clientèle qui gagne en âge

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques