A A A
Argent

« La vision à court terme nuit à l’économie »

11 juin 2018 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

dollar_americain_etats_unis_usa_argent_billet_monnaie_800x600Warren Buffett et Jamie Dimon appellent les grandes compagnies à ne plus annoncer d’objectifs pour leurs résultats trimestriels afin d’en finir avec une vision trop « court-termiste » des marchés financiers, qu’ils jugent nuisible à l’activité économique.

Dans une tribune publiée la semaine dernière par le Wall Street Journal, le PDG du conglomérat Berkshire Hathaway et le patron de JPMorgan Chase soulignent que « les plus grandes réalisations de la nation [américaine] ont toujours découlé d’investissements à long terme » et que seule « une stratégie à long terme efficace stimule la croissance économique et la création d’emplois ».

Dans le cadre de l’association patronale Business Roundtable, qui regroupe près de 200 responsables de grandes entreprises américaines, les deux dirigeants disent notamment « encourager toutes les entreprises publiques à envisager de ne plus fournir de prévisions trimestrielles de bénéfices par action ». En effet, soulignent-ils, l’expérience prouve que le fait de publier ce type de données « conduit souvent à une fixation malsaine sur les profits à court terme au détriment de la stratégie et de la croissance à long terme ».

« CETTE PRESSION A FAIT CHUTER BEAUCOUP D’ENTREPRISES »

« Au cours des deux dernières décennies, la pression pour atteindre à tout prix les estimations de résultats à court terme a contribué à la chute de beaucoup d’entreprises cotées en Bourse. L’orientation court-termiste des marchés de capitaux a également incité celles qui avaient une vision sur plusieurs années à ne plus rien publier, privant ainsi l’économie d’innovations et d’opportunités potentielles », déplorent-ils notamment.

« Cette tendance contribue à éloigner les entreprises des placements à long terme. Celles-ci rognent fréquemment sur leurs dépenses technologiques, freinent l’embauche et délaissent la recherche et le développement pour tenter de répondre aux prévisions trimestrielles des bénéfices. Pourtant, ces prévisions peuvent être influencées par des facteurs tout à fait indépendants de la volonté de la compagnie, par exemple en matière de fixation du prix des matières premières, de volatilité boursière, voire de conditions climatiques », écrivent encore Warren Buffett et Jamie Dimon.

« Même si le nombre total d’entreprises publiques diminue, plus de 100 millions d’Américains y investissent directement ou par le biais de fonds communs de placement. Des millions d’autres le font en participant à des régimes de retraite d’entreprises, publics et syndicaux. Beaucoup de ces personnes sont des anciens combattants, des retraités, des enseignants, des infirmières, des pompiers et des travailleurs municipaux, employés par les États ou par le gouvernement fédéral. Les entreprises publiques ont le devoir envers chacun d’eux de bien faire les choses », insistent les deux dirigeants.

« LA TRANSPARENCE DES RÉSULTATS EST ESSENTIELLE »

Ces derniers prennent néanmoins soin de préciser qu’ils ne sont pas opposés à la publication des résultats trimestriels ou annuels. En effet, soulignent-ils, « la transparence en matière de résultats financiers et opérationnels est un aspect essentiel des marchés publics américains » et, dans ce contexte, « les sociétés ouvertes américaines doivent continuer à fournir des rapports annuels et trimestriels offrant un regard rétrospectif sur le rendement réel afin que le public, y compris les actionnaires et les autres parties prenantes, puisse évaluer de façon fiable les progrès réels accomplis ».

« Une communication claire des objectifs stratégiques de l’entreprise, ainsi que des paramètres pouvant être évalués au fil du temps, sera toujours essentielle pour les actionnaires. Mais ces informations, qui peuvent inclure des performances opérationnelles non financières, doivent être fournies selon un calendrier approprié aux besoins spécifiques de chaque société et de ses investisseurs », concluent Warren Buffett et Jamie Dimon.

La rédaction vous recommande : 

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000