A A A
Immobilier

L’accessibilité à la propriété est restée stable en 2013

26 février 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Au Québec, l’accessibilité à la propriété est demeurée quasiment inchangée au quatrième trimestre de 2013, selon le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié hier par RBC.

RBC observe que si l’on compare les mesures aux moyennes à long terme dans la province, les acheteurs de maison continuent à profiter de conditions d’accessibilité relativement favorables. Conclusion : les problèmes d’accessibilité ne devraient pas atteindre de manière importante les acheteurs québécois, du moins pour l’instant.

« Le marché du logement au Québec ne s’est pas montré particulièrement dynamique ces derniers temps, comme en témoignent les reventes, qui se situent près de 7 % sous la moyenne sur 10 ans au quatrième trimestre et qui ont affiché une baisse de 3,6 % par rapport au troisième trimestre », déclare Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef à RBC.

Cette période de calme « est peut-être un signe de l’érosion de la confiance des acheteurs de maison à la suite du recul enregistré sur le marché de l’emploi dans la province au début de 2013 », analyse-t-il.

Toutefois, estime Craig Wright, il se pourrait qu’on assiste à « un certain redressement dans les mois à venir ».

Du mieux à Montréal

Les mesures d’accessibilité à la propriété de RBC, qui expriment la part du revenu avant impôts qu’un ménage de la province doit consacrer au paiement des coûts de propriété d’une résidence à la valeur du marché au Québec, sont demeurées quasiment identiques dans toutes les catégories de propriétés au troisième trimestre de 2013.

À noter qu’une hausse de la mesure correspond à une diminution de l’accessibilité.

La seule variation perceptible dans les conditions d’accessibilité se trouve dans la catégorie des maisons à deux étages, où la mesure a enregistré une légère hausse de 0,2 point de pourcentage pour atteindre 43,6 %, ce qui indique une légère détérioration.

Les mesures de RBC pour les bungalows et les copropriétés, quant à elles, sont demeurées les mêmes, soit respectivement à 34,3 % et 26,7 %.

En revanche, à Montréal, l’accessibilité à la propriété s’est améliorée au quatrième trimestre 2013.

Pour les maisons à deux étages, les mesures de RBC ont fléchi de 0,4 point de pourcentage pour atteindre 50,8 %, et pour les appartements en copropriété, de 0,2 point pour atteindre 30,6 %.

La mesure relative aux bungalows est restée inchangée, à 38,8 %.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques