A A A

L’actualité en bref

27 avril 2006 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

 

 

La CIBC s’excuse et rembourse 27 millions de dollars

(28-04-2006) La Banque CIBC remboursera certains clients pour des sommes perçues en trop lors d’opérations d’emprunt, dont certaines remontent à 1993.

Quelque 200 000 clients recevront environ 27 millions de dollars(incluant les intérêts), soit 135 $ en moyenne par personne.

Les remboursements visent principalement des clients ayant payé des sommes en trop pour certains frais de découvert. Des remboursements seront également faits auprès de clients à titre de rajustements de charges hypothécaires, d’intérêts sur des découverts de comptes d’entreprise, ou de primes d’assurance vie pour prêt hypothécaire. Dans les cas où les clients ont payé moins que prévu, la Banque CIBC n’exigera pas de remboursement.

« Veuillez nous excuser pour tout désagrément ayant pu résulter de cette situation. Nous tenons à assurer à notre clientèle que la cause de ces erreurs a été corrigée. Nous avons mené un examen exhaustif de tous les comptes de clients susceptibles d’être concernés et avons entrepris de rembourser les clients en question », a indiqué la banque dans un communiqué.

À compter du vendredi 28 avril 2006, la plupart des clients ayant droit à un remboursement seront automatiquement remboursés par transfert électronique de fonds ou par chèque et avisés par lettre.

Pour plus d’information, on peut consulter le site Internet de la Banque CIBC ou communiquer avec le service à la clientèle en composant le 1 877 248-4025.

 

Affaire Norbourg : le recours collectif subit un revers

(27-04-2006)La Cour supérieure du Québec a déclaré la firme Lauzon Bélanger inhabile à agir comme procureur d’un recours collectif dans le dossier Norbourg. Le tribunal donne donc raison à l’Autorité des marchés financiers qui, le 31 mars dernier, a demandé à la Cour d’empêcher le cabinet Lauzon Bélanger de mener le recours collectif contre Norbourg.

Dans sa décision, le tribunal estime qu’il y a conflit d’intérêts en ce que Yves Lauzon, l’associé principal du cabinet, représente des intérêts opposés en agissant à la fois pour les investisseurs et Éric Asselin, l’ex-vice-président, finances, de Norbourg.

En outre, Yves Lauzon se trouve personnellement en conflit d’intérêts puisqu’il a intenté une action parallèle afin de récupérer un investissement de 1,8 million de dollars qu’il a effectué dans les fonds de Norbourg. « S’il avait gain de cause, cette somme serait soustraite de la masse de biens à être redistribuée à l’ensemble des investisseurs », note le tribunal.

Attention au secteur des matériaux de base, prévient Merrill Lynch

(27-04-2006)Le cours actuel des matériaux de base conviendraient à une économie mondiale en croissance de 6,5 %. Or, selon le Fonds monétaire international(FMI), cette croissance ne sera que de 4,9 % en 2006.

Par conséquent, les prix sont trop élevés et sujets à une correction, estime la firme Merrill Lynch dans une note à ses clients.

La maison de courtage joint donc sa voix à celles de plusieurs autres qui, au cours des dernières semaines, ont exprimé de l’inquiétude à propos des prix stratosphériques des matériaux de base et du pétrole.

Si effectivement la croissance mondiale atteint 4,9 % en 2006, l’or noir devrait se négocier autour de 60 $US le baril, soit 18 % de moins que le cours actuel, calcule Merrill Lynch. Quant aux matériaux de base, leur prix devrait être de 10 % à 15 % plus bas que ceux qui se pratiquent aujourd’hui. Les écarts auxquels on assiste sont dus à la spéculation, estime-t-elle.

Plusieurs analystes justifient les prix actuels par une possible pénurie des matériaux de base que les pays émergents consomment en formidables quantités. Merrill Lynch rétorque que l’indice ISM(Institute for Supply Management)des États-Unis montre au contraire que les marchés ont tous les stocks nécessaires pour combler les appétits les plus voraces.

Le courtier recommande à ses clients d’éviter ces secteurs – pour le moment. En effet, il leur conseille d’attendre l’inévitable correction qui devrait survenir incessamment avant d’y investir. .

L’Institut Goodman à Concordia, premier partenaire canadien du CFA Institute

(27-04-2006)L’Institut de gestion des placements Goodman de l’École de gestion John-Molson à l’Université Concordia est la première école du Canada à devenir « partenaire de programme » du prestigieux Chartered Financial Analyst(CFA)Institute. Grâce à cette association, les étudiants en gestion à l’Institut Goodman peuvent obtenir la désignation professionnelle de CFA, en même temps que leur MBA.

L’Université Concordia joint ainsi un groupe très sélect d’universités qui ont reçu la désignation de partenaire de programme CFA : la Saïd Business School(Oxford University, Royaume-Uni), l’Université Bocconi(Milan, Italie), les universités de Boston et Marquette(États-Unis)et la Hong Kong University of Science and Technology.

Pour être agréée comme partenaire officielle du programme de CFA, une université doit dispenser au moins 70 % des cours obligatoires aux trois niveaux du programme de formation des CFA. Quant à elle, Concordia propose la totalité de ces cours dans son programme.

À cause des standards élevés, seuls les meilleurs de chaque classe graduent et 15 étudiants de l’École de gestion John-Molson recevront leur diplôme le 12 juin prochain. 

 

Loading comments, please wait.