A A A

L’AMF réclame des amendes de 60 000 $ à l’encontre de Salvatore Maggio

17 avril 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a déposé 10 chefs d’accusation à l’encontre du pseudo-conseiller Salvatore Maggio. L’AMF l’accuse d’avoir aidé les sociétés Vision Management et Eurovision Management Services à vendre des billets promissoires sans qu’elles aient de prospectus visé. Elle lui reproche également d’avoir agi à titre de conseiller sans être dûment inscrit.

Pour des motifs d’exemplarité, l’AMF réclame des amendes totalisant 60 000 $ plus les frais, ce qui représente le double des montants prévus par la loi.

Salvatore Maggio ne sera pas le seul à devoir s’expliquer en cour. Il y a un mois, l’AMF déposait 6 chefs d’accusation à l’endroit de Pino Buscemi, lui reprochant d’avoir commis sensiblement les mêmes infractions à la Loi sur les valeurs mobilières. Outre Eurovision Management Services, Buscemi travaillait pour le compte de Bear Bay Financial Services.

L’AMF demande au tribunal de lui imposer des amendes de 36 000 $ plus les frais.

Rappelons que les sociétés Vision Management, Eurovision Management Services et Bear Bay Financial Services sont mêlées aux activités illicites de Rocco DiStefano, un autre conseiller d’opérette qui a fait des ravages. Cet individu fait actuellement face à 46 chefs d’accusation pour des amendes totalisant 414 000 $.

Rocco Di Stefano aurait profité du fait qu’il a déjà été pasteur pour solliciter des investisseurs, à qui il aurait vendu des placements prétendument sûrs. Les consommateurs étaient invités à libeller leurs chèques au nom de Di Stefano. Il aurait également utilisé son statut de représentant en assurances pour contacter les veuves des assurés et leur offrir d’investir leur montant d’assurance dans Zema Finances. Selon l’AMF, plusieurs millions de dollars seraient en jeu.

Loading comments, please wait.