A A A

L’annonce prématurée faite par la Caisse engendre des questionnements face à l’information privilégiée

14 avril 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Jeudi, la Caisse de dépôt et placement du Québec avait aussi accueilli favorablement la décision de l’AMF par un communiqué, mais que cette déclaration était venue avant l’annonce faite par l’AMF. Cette situation a engendré certains questionnements par rapport au principe de divulgation sélective de l’information. Plusieurs sociétés publiques ont effectivement des politiques déclarant que des informations importantes ne peuvent être divulguées sélectivement à un individu ou à des groupes restreints.

L’ADQ a exigé des explications vendredi au gouvernement sur cet état de fait. « Il apparaît pour le moins étonnant qu’un joueur financier, même important, ait eu accès à la décision de l’AMF avant que celle-ci ne la rende publique, dit-il. L’AMF est un organisme quasi-judiciaire, elle a un rôle d’arbitre, elle doit conserver la plus stricte neutralité et rester à l’abri des pressions d’où qu’elles viennent. »

Comparaissant vendredi matin devant le Comité des finances publiques à l’Assemblée nationale, le président de l’AMF, Jean St-Gelais, a révélé : « J’ai moi-même appelé Desjardins, la Banque Nationale, la Caisse de dépôt et l’Industrielle Alliance pour les informer. Il était libre à eux de choisir de commenter. » Il a toutefois indiqué qu’il aurait préféré que la Caisse attende pour commenter.

M. St-Gelais a estimé que l’AMF a respecté les règles. « Beaucoup de gens détiennent des informations privilégiées à tous les jours, ce qui est illégal, c’est de transiger avec », a-t-il déclaré.

Monique Jérôme-Forget a donné son appui à l’AMF, affirmant qu’aucune transaction irrégulière n’était survenue.

Loading comments, please wait.