A A A
Assurance

L’assurance « fraternelle », ça rapporte un max

28 mai 2014 | Jean-François Parent - 37e Avenue | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Aussi incroyable que cela puisse paraître, plus de deux milliards de dollars d’assurances de personnes ont été vendues au Québec… sans encadrement de la distribution, sans recours pour les consommateurs, sans impôt fédéral et sans véritable surveillance.

Des milliers de polices d’assurance de personnes (vie, accident et maladie) sont vendues chaque année sans qu’on connaisse la nature des produits, la compétence des conseillers qui les distribuent ni même qu’on sache si une analyse des besoins du client a été faite.

Bienvenue dans l’univers des sociétés de secours mutuel (SSM), des mutuelles d’assurance privées offrant des produits et services exclusifs à leurs membres.

Vivat Jésus!

  • – Les Chevaliers de Colomb sont partout au Québec, forts de 95 000 membres regroupés dans 524 conseils, lesquels sont répartis dans 16 des 17 régions administratives de la province.
  • – De confession catholique – les infolettres sont signées Vivat Jésus! – la mission qu’ils se donnent est de venir en aide au prochain. « L’Ordre des Chevaliers de Colomb, société fraternelle de secours mutuel, regroupe des HOMMES de foi. Il est, dès sa fondation, un mouvement EXCLUSIVEMENT MASCULIN (sic) », peut-on lire sur l’un des sites internet de la société.

Les 13 SSM déclarant des états financiers à l’Autorité des marchés financiers (AMF) chaque année cumulent environ 2,4 milliards de dollars de primes en vigueur réparties dans 81 451 polices, selon le plus récent rapport annuel sur les assurances, publié en 2012 par l’AMF.

Parmi ces SSM, on retrouve notamment les Fils de l’Écosse, la Grande loge d’Orange, Financière Faithlife, Arcane Royal, St-Zacharie, l’Ordre indépendant des forestiers et les Chevaliers de Colomb.

C’est cette dernière qui est la plus importante de ces « associations fraternelles », comme on les nomme : elle détient plus de 92 % des contrats en vigueur (soit 75 169) pour une valeur totale de près de 2,3 G$, selon les états financiers compilés par l’AMF en 2012.

Pour l’année 2012 seulement, l’AMF dénombre plus de 3 500 polices souscrites par les Chevaliers, pour un montant total de 35,4 M$ de primes. Les 13 SSM réunies affichaient, pour cette même année, un score total de 37 M$.

Organisme de bienfaisance ou assureur vie?

Présente au Québec depuis 115 ans, les Knights of Columbus, selon l’appellation d’origine, a été fondée à la fin du 19e siècle aux États-Unis. À l’échelle mondiale, les Chevaliers offrent plus de 160 M$ en dons chaque année et déclaraient en 2013 des polices en vigueur d’une valeur totale de 90 G$.

La société fraternelle se targue également d’avoir 20 G$ d’actifs gérés. Elle se hisse ainsi parmi les 1000 plus importantes entreprises américaines recensées par le magazine Fortune en 2013.

Leur inscription au Registre des entreprises du Québec révèle que les Chevaliers de Colomb sont une « personne morale sans but lucratif », inscrite à titre de société d’assurance vie dont la principale activité économique est la « vente d’assurances vie et de rentes aux membres de l’organisation ».

« (…) l’assurance constitue un lien d’appartenance avec le mouvement; c’est un moyen pour atteindre les objectifs fixés et aider la veuve et l’orphelin; comme caractéristiques – elle ne détient pas de capital-actions et ne vise pas le profit – elle fonde ses activités sur la charité et la fraternité – sa portée est éminemment sociale. », peut-on lire sur le site Internet québécois de l’organisme.

Les produits proposés aux membres

  • Vie entière (membres et familles)
  • Protection de revenu familial (en cas de décès du membre ou de sa conjointe)
  • Assurance-hypothèque
  • REER et FERR
  • Assurance enfants
  • Rente de retraite (enregistré ou non enregistré)
  • Assurance temporaire
  • Assurance nouveau membre
  • Assistance à la famille éprouvée lors d’un décès
  • Assurance protection du patrimoine familial

Source : site Internet des Chevaliers de Colomb du Québec

Page suivante >>>>>


Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques