A A A
Techno

L’avenir des services bancaires passe par la mobilité

9 mars 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La mobilité serait en progression continue auprès des adultes québécois lorsque vient le temps d’effectuer des opérations bancaires. Statistiques à l’appui, le volet Services bancaires en ligne de l’enquête NETendances 2014, publiée par le CEFRIO, dresse un portrait en hausse de l’utilisation et livre un aperçu des changements d’attitudes par rapport à ce type de services.

D’abord présentées comme une solution alternative aux services traditionnels disponibles en succursale, l’offre en ligne et l’offre mobile sont aujourd’hui perçues comme susceptibles de provoquer la « disparition de l’argent en papier dans les prochaines années », révèle le document.

Les données d’utilisation de la population adulte pour 2014 se détaillent ainsi :

• 31,5 % ont utilisé un appareil mobile pour effectuer des opérations bancaires via internet, une hausse par rapport à 2013 (24,1 %);
• 36,2 % utiliseraient ces appareils pour consulter leur compte bancaire, par rapport à 28,8 % en 2013.
• 57,6 % ont réalisé au moins une opération bancaire de cette manière, comparativement à 47,9 % en 2010;
• 21,9 % des sondés n’ayant jamais eu recours à ces services envisageraient d’en faire l’essai en 2015;
• 55 % des participants âgés de 25 à 54 ans profiteraient de leur mobilité pour consulter le site de leur institution financière.

En quelques clics ou commandes de clavier, les utilisateurs des services en ligne ont aussi recherché des informations précises, selon leur préférence et leur disponibilité.

• 44,2 % des adultes sondés ont consulté le site de leur institution bancaire, par rapport à 40 % en 2013;
• 39,9 % ont recherché de l’information à propos des produits et des services offerts, comparativement à 37,1 % l’année précédente.

La gestion électronique en hausse

La possibilité de recevoir des factures ou des relevés en format électronique a continué de séduire de plus en plus d’adultes québécois en 2014, une progression qui va de pair avec l’utilisation de méthodes de paiement virtuel. Le sondage dévoile les statistiques suivantes :

• 60 % reçoivent des factures ou des relevés en format électronique, comparativement à 52,3 % en 2013;
• 88,6 % des adultes dont le revenu familial est de 100 000 $ et plus sont enclins à recevoir leurs factures et leurs relevés par Internet, et ce, pour tous les types de factures et relevés.

Selon le document, toutes les catégories de facturation et de relevés auraient enregistré une hausse l’année dernière :

• factures de télécommunication (+ 10,1);
• relevés de comptes bancaires (+5 %)
• relevés de cartes de crédit (+7,6 %);
• factures d’électricité (+6,7 %);
• relevés de placement (+7 %).

Les raisons expliquant l’abstention

En 2014, les opérations bancaires en ligne continuent de susciter la méfiance. Le sondage révèle les raisons invoquées par les internautes n’ayant jamais eu recours au virtuel en matière bancaire :

• 18,1 % disent s’en tenir à leurs habitudes;
• 17,9 % citent le manque de confiance envers ces services;
• 17,3 % les qualifient de non sécuritaires;
• 29,5 % pour d’autres raisons.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques