A A A

Le Conference Board prévoit une croissance économique canadienne soutenue en 2007, Terre-Neuve et Labrador en tête

14 mai 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(11-05-2007)Un rapport du Conference Board, Note de conjoncture provinciale – Printemps 2007, prévoit d’excellents résultats économiques en 2007 pour les provinces de l’Atlantique, entre autres grâce à la lancée de Terre-Neuve et Labrador.

Selon Marie-Christine Bernard, Directrice adjointe, Note de conjoncture provinciale, la plupart des provinces obtiendront de bons résultats en 2007, mais la faiblesse des Provinces centrales continuera en raison de la turbulence dans le secteur manufacturier.

Mme Bernard croit toutefois que chaque province aura un excédent budgétaire en 2007, « ce qui donnera aux gouvernements provinciaux une marge de manoeuvre pour leurs plans fiscaux. Le Québec, la Colombie-Britannique, le Manitoba, et Terre-Neuve et Labrador offrent des baisses d’impôts et des transferts aux personnes plus élevés, et la plupart des provinces concentrent leurs efforts sur les financements d’infrastructures. »

Terre-Neuve et Labrador pourrait croître de 6,4 % cette année, devançant toutes les autres provinces, principalement grâce à la hausse de la production minière. Cette hausse devrait s’essouffler en 2008, ce qui ramènerait alors le PIB réel à environ +0,9 %.

L’économie albertaine enregistre toujours un bon élan de croissance, mais la baisse des activités de forage dans les derniers mois, et les plus faibles gains de revenus disponibles pour les résidents en comparaison avec 2006, devrait amener la croissance du PIB réel à environ 4,1 % en 2007.

Quant au Québec, la province se situera au 7e rang(devant la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et l’Ontario)avec une croissance du PIB réel de 2,5 %. Des réductions d’impôts et le règlement rétroactif sur l’équité salariale soutiendront la demande des consommateurs au Québec, mais le secteur manufacturier perdra des plumes à cause des coûts énergétiques plus élevés, de la compétition mondiale et de la force du dollar canadien.

L’Ontario devra attendre vers la fin de 2007 et au début de 2008 pour bénéficier de perspectives plus favorables. Subissant les contrecoups du secteur industriel, la croissance du PIB réel se limitera à 2 % en 2007.

Loading comments, please wait.