A A A
Économie

Le déficit commercial a été plus faible que prévu en juin

6 août 2015 | La Presse Canadienne | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le déficit commercial du Canada avec le reste du monde a rétréci de façon étonnante en juin, pour s’établir au faible niveau de 476 millions de dollars.

Les exportations ont bondi dans de nombreux secteurs, incluant ceux des biens de consommation, des produits en métal et des produits minéraux non métalliques.

Le déficit commercial était largement inférieur à celui de 3,4 milliards de dollars observé en mai, selon les données dévoilées hier par Statistique Canada, et bien en deçà du déficit de 2,8 milliards de dollars attendus par les économistes interrogés par Thomson Reuters.

LA DEMANDE SAUVE LA MISE

Même si l’amélioration de la balance a profité d’un léger déclin des importations, des économistes ont indiqué que le principal catalyseur de la bonne performance avait été la solide demande pour les biens canadiens.

« Sur le plan des volumes, les exportations ont regagné tout le terrain perdu dans les six derniers mois », a noté l’économiste Diana Petramala, de la Banque TD, citée par La Presse Canadienne.

Selon elle, la performance commerciale du Canada devrait maintenant contribuer de façon positive à la croissance économique du pays au deuxième trimestre, telle que mesurée par le produit intérieur brut (PIB).

Mais d’autres facteurs, incluant un important recul des investissements des entreprises, pourraient « noyer le portrait d’ensemble sur le commerce, plus positif, ce qui fait en sorte que le PIB réel reste sur la voie qui devrait le mener à un deuxième déclin trimestriel modeste consécutif », a-t-elle ajouté.

RÉCESSION OUI OU NON?

Depuis quelques semaines, les milieux politiques et d’affaires discutent activement de la possibilité que le Canada soit tombé en récession – laquelle, rappelons-le, se définit techniquement comme deux trimestres consécutifs de contraction économique –, pendant la première moitié de l’année. Statistique Canada dévoilera en septembre les chiffres officiels sur le produit intérieur brut du deuxième trimestre.

Selon Nathan Janzen, économiste principal pour la Banque Royale, l’économie, dans son ensemble, s’est probablement contractée d’environ 1 %.

« Malgré tout, la hausse des exportations de juin et l’amélioration de la balance commerciale sont conformes à notre prévision voulant que l’économie retrouve le chemin de la croissance positive au troisième trimestre, alors que la vigueur de l’économie américaine et l’affaiblissement du dollar canadien soutiendront la demande extérieure, ce qui aidera à contrebalancer les difficultés du secteur du pétrole et du gaz naturel », a déclaré l’économiste.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques