A A A
Affaires

Le français langue des affaires… en 2050?

28 mars 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Il y a très longtemps, le français était la langue la plus parlée sur la planète. Mais cela fait maintenant de nombreuses décennies qu’elle a perdu son rayonnement international, supplantée par l’anglais et le mandarin.

Pourtant, si l’on en croit une étude de la banque d’investissement Natixis publiée dans le magazine Forbes (en anglais), la langue de Molière pourrait reconquérir sa place de langue universelle… à l’horizon 2050.

Pourquoi? Tout simplement parce qu’elle est en pleine expansion et se diffuse dans les zones les plus dynamiques du monde, notamment en Afrique subsaharienne.

Résultat : en 2050, l’étude prévoit que 750 millions de personnes pourraient parler français, contre 220 millions en 2010.

Une étude à prendre avec des pincettes

Des chiffres qu’il faut prendre avec prudence, souligne Le Monde. En effet, pour parvenir à un tel niveau de francophonie, Forbes a considéré comme francophones tous les habitants des pays où le français est une langue officielle.

Or, ce n’est pas le cas aujourd’hui et ça ne le sera probablement pas non plus dans 30 ans, relève le quotidien parisien.

« En réalité, l’anglais devrait rester la langue la plus usitée du monde à cette échéance », estime de son côté Alexandre Wolf, responsable de l’Observatoire de la langue française, dans un entretien publié par le magazine français Challenges.

« Les projections démographiques sont effectivement impressionnantes, mais elles ne tiennent pas compte de la coexistence des langues, qui est la réalité dans certains pays », explique le spécialiste.

Si le français est la langue officielle dans 32 pays, « de nombreux États, comme la Belgique par exemple, comptent plusieurs langues officielles, tandis que dans d’autres États africains, le français est la langue nationale mais pas la plus parlée », précise-t-il.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques