A A A

Le Groupe TSX veut acheter aux États-Unis

12 juin 2006 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(12-06-2006)La Bourse de Montréal des produits dérivés intéresse-t-elle encore le Groupe TSX ? On peut se le demander, si l’on se fie aux déclarations de Richard Nesbitt, le chef de la direction du Groupe TSX.

Au cours d’une conférence qu’il a donnée vendredi passé à New York, M. Nesbitt a déclaré vouloir acheter une Bourse américaine des produits dérivés, achat qui lui permettrait de se mesurer aux autres Bourses américaines des actions. Le Groupe TSX exploiterait alors une Bourse continentale, une tendance inéluctable des marchés, a-t-il noté.

Trois institutions sont dans sa mire: le New York Mercantile Exchange, le Chicago Mercantile Exchange et l’Intercontinental Exchange. Il n’a fait aucun commentaire sur une possible acquisition ou fusion avec la Bourse de Montréal.

M. Nesbitt a souligné que deux grands concurrents, le New York Stock Exchange et le Nasdaq, envisagent de faire des acquisitions outremer. Il ne veut pas les imiter, préférant prospecter l’Amérique du Nord à la recherche d’une Bourse qui permettra au Groupe TSX d’augmenter son chiffre d’affaires et de réaliser des économies récurrentes. L’intégration aux États-Unis serait naturel. En effet, plus de 40 % des transactions effectuées à la Bourse de Toronto proviennent des États-Unis. Plus de 100 entreprises américaines ont leurs actions inscrites à la cote de Bay Street.

Richard Nesbitt a fait remarquer que le mouvement de consolidation des Bourses sur la planète crée une surenchère. La semaine dernière, NYSE Group a mis la main sur Euronext NV, la deuxième Bourse en importance en Europe. La transaction estimée à 10 milliards de dollars américains permettra à NYSE de se positionner sur le marché de Paris, d’Amsterdam, de Bruxelles et de Lisbonne.

Le Groupe TSX suit également de près les manœuvres du Nasdaq qui veut acheter le London Stock Exchange. Une première offre a été rejetée par Londres. Mais le Nasdaq, qui détient déjà 25 % du capital-actions de la vénérable institution, a promis de revenir à la charge d’ici la fin de l’année.

Loading comments, please wait.