A A A

Le huard volera aussi haut que l’aigle américain

4 juin 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

« Entre les marchés surchauffés des produits de base et de l’énergie et les énormes apports de capitaux associés à l’avalanche des fusions-acquisitions, la monnaie canadienne a encore suffisamment le vent dans les voiles pour voguer résolument vers la parité avec le dollar américain et s’y maintenir au moins jusqu’au premier trimestre de 2008 », prévoit le dernier rapport Canadian Portfolio Strategy Outlook de Marchés mondiaux CIBC.

Le stratège et économiste en chef Jeff Rubin croit en effet qu’« Avec un taux de chômage national à son plus bas depuis 30 ans et l’inflation de base oscillant au-dessus de la fourchette cible établie par la Banque du Canada, notre hypothèse antérieure, qui voulait que la Banque intervienne contre une autre hausse du dollar canadien au moyen de réductions des taux d’intérêt, ne semble plus tenir. »

La Banque du Canada verrait même d’un bon œil la monté du dollar canadien, selon le stratège. « La Banque du Canada a déjà indiqué qu’elle prévoit augmenter bientôt les taux d’intérêt. De combien? La question demeure. Puisque la Réserve fédérale américaine risque encore de diminuer ses taux au quatrième trimestre, nous prévoyons maintenant que le dollar canadien atteindra la parité avec le dollar américain avant la fin de l’année et qu’il demeurera dans ces eaux au cours du premier semestre de 2008. »
 
En raison de cette conjoncture, Marchés Mondiaux CIBC réduit de trois points de pourcentage sa pondération dans les obligations en faveur des espèces. Elle garde toutefois le cap du côté des actions, avec une surpondération de 12 points de pourcentage : l’indice composé TSX avance vers la cible de 15 000 points fixé par la filiale de la Banque CIBC.

Cliquez ici pour lire l’étude intégrale 

Loading comments, please wait.