A A A
Économie

Le mois de mai ne sourit pas aux fonds d’actions canadiennes

4 juin 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Depuis le début de 2014, les ressources naturelles ont été le moteur du rendement des fonds d’actions canadiennes. Mais la donne a changé au cours du mois de mai, notamment à cause des secteurs de l’énergie et des matériaux, qui ont fléchi de façon importante à la Bourse de Toronto, entraînant l’indice S&P/TSX à la baisse.

Conséquence : le rendement des fonds d’actions canadiennes a stagné, selon les données publiées hier par Morningstar Canada. Alors que 15 des 21 indices mesurant les rendements agrégés de fonds d’actions de Morningstar ont augmenté au mois de mai, l’indice qui suit la catégorie Actions canadiennes a diminué de 0,2 %. Les quatre autres indices pistant des actions canadiennes n’ont pas mieux fait, même s’ils sont en hausse : les indices Actions en majorité canadiennes et Actions de PME canadiennes ont très légèrement augmenté (de 0,1 % et 0,2 %, respectivement), alors que les indices Actions de PME en majorité canadiennes et Actions canadiennes de revenu ont connu tous les deux une croissance de 0,5 %.

Quant aux fonds Actions de métaux précieux, Actions de ressources naturelles et Actions énergétiques, leurs indices ont chuté de 6,7 %, 2,4 % et 0,5 %, pendant cette période.

« Plus tôt cette année, l’incertitude politique en Ukraine a contribué à une hausse du prix des ressources naturelles et des métaux précieux, mais cela s’est calmé le mois dernier, lorsque les tensions ont semblé s’apaiser entre la Russie et l’Ukraine. L’or, considéré habituellement comme un refuge sûr, a vu son prix chuter de près de 10 % en mai, explique Joanne Xiao, analyste de fonds à Morningstar. Toutefois, les rendements positifs des grandes banques canadiennes, appuyés par des bénéfices solides, ont quelque peu atténué ces pertes pour les fonds d’actions canadiennes diversifiés. »

Pendant ce temps, dans le monde…

Hors du Canada, les fonds d’actions ont mieux fait. En effet, les fonds d’actions américaines et des pays émergents ont connu un mois plutôt positif, alors que les fonds d’actions européennes n’ont pas réussi à terminer le mois de mai en territoire positif.

C’est l’indice pistant la catégorie Actions de la Grande Chine qui a connu le meilleur rendement en mai, en hausse de 3,1 %. Les indices Actions des marchés émergents (2,2 %) et Actions d’Asie-Pacifique (1,8 %) ont également connu un solide mois de mai.

« Les signes d’apaisement des tensions entre la Russie et l’Ukraine ont aussi donné un coup de pouce aux actions des marchés émergents. De plus, la confiance des investisseurs envers le premier ministre de l’Inde nouvellement élu et son intention d’améliorer la croissance économique du pays, ainsi que l’idée selon laquelle le gouvernement chinois pourrait adopter des politiques de soutien au marché boursier, ont stimulé le rendement des actions des marchés émergents », ajoute Mme Xiao.

Chez nos voisins du sud, les indices Morningstar pistant les marchés américains ont aussi connu un mois de mai positif, en augmentation de 2,3 % par rapport à l’indice S&P 500 (mesuré en dollars américains). Cependant, selon Morningstar, la valorisation du dollar canadien par rapport au dollar américain a eu pour conséquence de ronger une partie de ces gains, et a eu un effet sur la croissance de l’indice Morningstar Actions américaines (1,6 %), qui aurait pu être plus élevée.

Les devises ont également eu des effets importants sur l’indice Actions européennes, qui malgré les bons résultats des différents indices boursiers européens (France, Royaume-Uni, Allemagne) n’a pas pu enregistrer de rendement positif, et a conclu le mois de mai en baisse de 0,6 %.

Et les obligations?

Résultats plus positifs du côté des obligations, alors que les six indices Morningstar pistant les fonds obligataires ont connu une croissance positive en mai. En tête, les indices Revenu fixe canadien à long terme et Revenu fixe canadien indexé à l’inflation, en hausse respectivement de 2,5 % et 2,4 %. Suivent les indices Revenu fixe canadien et Revenu fixe mondial, qui ont tous deux augmenté de 1 % et les indices Revenu fixe à rendement élevé et Revenu fixe canadien à court terme, qui ont cru de 0,6 % et 0,3 %

Les indices de fonds Revenu fixe canadien et Revenu fixe mondial se sont tous deux appréciés de 1 %, alors que les indices Revenu fixe à rendement élevé et Revenu fixe canadien à court terme ont été respectivement en hausse de 0,6 % et 0,3 %.

« Avec pour toile de fond un marché boursier mondial généralement solide, les taux des obligations gouvernementales canadiennes aussi bien qu’américaines ont continué à surprendre les observateurs boursiers et sont tombés à leur plus bas niveau en près d’un an, situation que l’on voit habituellement en période de croissance économique faible. Cette chute des taux obligataires a avantagé les fonds à durée plus longue, qui sont plus sensibles aux fluctuations des taux d’intérêt », conclut Mme Xiao.

À lire : Europe : le jeu en vaut-il la chandelle?

Loading comments, please wait.