A A A
Argent

Le Québec compte de plus en plus d’héritiers

7 octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

« On estime à environ 20 milliards de dollars la valeur totale des montants transférés sous forme d’héritage au Québec entre 2007 et 2012 », révèle un article publié hier dans le bulletin Données sociodémographiques en bref, de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Élaborée à partir d’informations fournies par Statistique Canada, cette recension montre que le nombre de successions a connu « un accroissement significatif » dans la Belle Province au cours de la dernière décennie. Ainsi, alors qu’en 2005 seules 17 % des familles avaient reçu un héritage, on en dénombrait 28 % en 2012.

Les familles héritières québécoises évaluent en moyenne la valeur totale de leurs legs à 82 100 dollars, alors que celles de l’Alberta (153 900 dollars) et de la Colombie-Britannique (137 800 dollars) affichent des montants nettement plus importants.

INÉGALITÉS SUCCESSORALES

L’ISQ attribue cette différence à une plus faible valeur des patrimoines familiaux au Québec comparativement à ceux des familles de ces provinces.

Les inégalités successorales entre les provinces se reflètent également entre les familles ayant hérité, observe-t-il, puisque « lorsque l’on considère la valeur médiane, on s’aperçoit que la moitié des familles héritières ont reçu des héritages de moins de 26 200 dollars au Québec, un montant représentant moins du tiers de la valeur moyenne ».

D’une manière générale, souligne l’Institut, « l’héritage constitue un facteur d’enrichissement de premier plan pour les familles légataires ».

LES FAMILLES HÉRITIÈRES AVANTAGÉES

Résultat, « même en tenant compte de l’âge et du revenu, les familles héritières ont plus de chance de se retrouver dans les quintiles supérieurs de richesse patrimoniale ». En outre, elles possèdent « un patrimoine significativement supérieur à celui des familles non-héritières ».

Par ailleurs, note l’ISQ, la probabilité de recevoir un héritage augmente, logiquement, avec l’âge. Ainsi, seules 12 % des familles dont le principal soutien économique a moins de 35 ans déclarent avoir déjà reçu au moins un legs, alors que la proportion est d’environ 20 % dans la tranche des 35-54 ans et de 40 % chez les plus de 55 ans.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques