A A A
Argent

Le salaire de Louis Vachon baisse de 3,5 M$

7 mars 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Louis Vachon, PDG de la Banque Nationale. Photo : John Londono

Louis Vachon, PDG de la Banque Nationale. Photo : John Londono

La Banque Nationale a dévoilé hier sa circulaire d’information pour l’exercice 2015, et on y apprend que la rémunération du PDG Louis Vachon est passée de 10,1 M$ en 2014 à 6,6 M$ en 2015, une baisse de 3,5 M$.

C’est en quelque sorte un retour à la normale après une année 2014 exceptionnelle en matière d’émoluments pour le président et chef de la direction de la BN, qui avait vu son salaire bondir de 33 % entre 2013 et 2014. Sa rémunération moyenne tournait plutôt aux alentours de 7 M$ lors des années précédentes.

C’est la rente de retraite de M. Vachon, qui a été plafonnée l’an passé à des prestations annuelles payables de 1,5 M$, qui serait la grande responsable de cette baisse.

En effet, ce plafond génère un impact négatif sur la valeur du régime de retraite, « ce qui explique en grande partie la variation » de la rémunération du chef de la banque en 2015, peut-on lire dans la circulaire de la BN.

De leur côté, les autres hauts dirigeants de la banque ont conservé sensiblement la même rémunération en 2015 que pour l’année précédente :

• Ricardo Pascoe, premier vice-président à la direction des marchés financiers, a reçu 6,9 M$ (7 M$ en 2014);
• Ghislain Parent, chef des finances et premier vice-président à la direction des finances et de la trésorerie, a amassé 1,9 M$ (2 M$ en 2014);
• Luc Paiement, premier vice-président à la direction gestion de patrimoine, a empoché 3,1 M$ (3,7 M$ en 2014);
• Enfin, Diane Girard, première vice-présidente à la direction particuliers et entreprises, a reçu 3,1 M$ (3,6 M$ en 2014).

RÉSULTAT NET IDENTIQUE

Après avoir déclaré un résultat net record de 1,6 G$ en 2014, la Banque Nationale a répété sa performance pour l’exercice qui s’est terminé en octobre 2015, en affichant de nouveau un résultat net de 1,6 G$ sur des revenus totaux de près de 6 G$. De plus, indique la banque dans un communiqué émis vendredi, « une nouvelle hausse du dividende a été déclarée en décembre pour s’établir à 0,54 $ par action par trimestre ».

« En 2015, en plus d’enregistrer de bons résultats, la Banque a continué le déploiement d’une stratégie adaptée au contexte d’affaires actuel. Elle a notamment poursuivi l’accélération de sa transformation afin de servir encore mieux l’ensemble des besoins des clients, a affirmé le président du conseil d’administration de la BN, Jean Houde. La Banque a également augmenté son empreinte internationale, dans des zones à forte croissance, par des prises de participation au sein d’institutions réputées. Sans compter qu’elle se distingue par une présence marquée au Québec et en Ontario, qui offrent de bonnes perspectives pour les prochaines années. »


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques