A A A
Immobilier

Le taux d’inoccupation des appartements en hausse à Montréal

4 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le taux d’inoccupation moyen des appartements à louer a légèrement augmenté dans l’ensemble du Canada, passant de 2,8 % en octobre 2014 à 3,3 % en octobre 2015, selon les données publiées lundi par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Cette progression est due à « la baisse du bilan migratoire dans les régions les plus durement éprouvées par la baisse du cours du pétrole ainsi que par une augmentation de l’offre d’appartements construits expressément pour le marché locatif », estime Bob Dugan, économiste en chef de la Société.

Au plan national, le loyer moyen des appartements de deux chambres situés dans les immeubles existants s’est accru de 2,4 % depuis un an; dans les immeubles neufs et existants confondus, il s’élevait à 960 dollars en octobre.

HAUSSE DU TAUX D’INOCCUPATION À MONTRÉAL

Toujours en octobre, le taux d’inoccupation des appartements à Montréal est passé au-dessus de la barre des 4 %, une première depuis la fin des années 1990.

D’après les statistiques de la SCHL, le taux de vacance dans la région métropolitaine a progressé de 0,6 % au cours des 12 derniers mois.

Ce bond en avant s’explique surtout par le nombre moins élevé de nouveaux arrivants dans la métropole depuis ces dernières années, explique dans La Presse Affaires Francis Cortellino, chef analyste à la SCHL pour Montréal.

BAISSE IMPORTANTE DU SOLDE MIGRATOIRE

« Il y a eu une baisse quand même importante du solde migratoire. Montréal accueillait entre 30 000 et 34 000 nouveaux résidents il y a quelques années, contre 22 000 l’an dernier », détaille-t-il.

Et la tendance devrait être encore plus marquée en 2015, estime l’analyste, puisque les prévisions actuelles tablent sur un solde migratoire d’environ 20 000 nouveaux arrivants dans la métropole.

D’après la SCHL, il faut débourser en moyenne 757 dollars par mois pour louer un appartement de deux chambres à Montréal, soit une hausse de 1,7 % par rapport à la même période l’an dernier.

TORONTO, VILLE LA PLUS CHÈRE

À titre de comparaison, un résident de Québec doit payer un loyer moyen de 788 dollars, tandis qu’un Torontois se voit demander 1 274 dollars.

En revanche, le loyer moyen des condos de deux chambres proposés à la location est nettement plus élevé, puisqu’il atteignait 1 140 dollars en octobre, très en deçà tout de même des 1 754 dollars enregistrés dans la Ville-Reine.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.