A A A

Le TSX devrait croître de 18,5 % en 2007, dit CIBC

4 mai 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(04-05-2007)La poussée continue des fusions-acquisitions et les prix toujours élevés des ressources naturelles propulseront l’indice composé TSX à un record de 15 000 points d’ici la fin de l’année, estime la banque d’investissement Marchés mondiaux CIBC dans un nouveau rapport.

Cette marque des 15 000 points se traduira pour les investisseurs par un rendement total, incluant les dividendes, de 18,5 % en 2007. Il s’agirait donc de la 4e année consécutive pour laquelle le TSX dépasserait le S&P 500 des États-Unis, note la CIBC.

À la Bourse de Toronto, les fusions-acquisitions se poursuivent à un « rythme soutenu » après avoir atteint un niveau record au 3e trimestre de l’an dernier grâce à diverses ententes entre des géants du secteur minier. Cette fois, ce sont les transactions récentes concernant principalement des entreprises de télécommunications qui mènent le bal.

CIBC souligne une nouvelle tendance en matière de fusion-acquisition : l’accroissement rapide du nombre d’acquisitions par emprunt par des fonds de capital de risque. L’an dernier, ces fonds ont investi quelque 11 milliards de dollars américains dans des sociétés canadiennes, plus du double de leurs investissements de l’année précédente.

Cette année, les ententes en voie de se réaliser dans le secteur des télécommunications représentent plus de 30 milliards de dollars canadiens. « En prenant en compte l’effet de levier dont ils disposent habituellement, les fonds de capital-investissement sont en mesure de prendre le contrôle de billions de dollars en actifs de société », indique la CIBC.

Pour ce qui est des ressources naturelles, Marchés mondiaux CIBC surpondère son portefeuille type en actions de sociétés de métaux de base. « Les prix du cuivre et du nickel frôlent des sommets sans précédent, tandis que la flambée des prix des métaux favorise un regroupement généralisé dans les secteurs des mines et du traitement des métaux à l’échelle planétaire », note le courtier.

Le portefeuille continue de présenter une surpondération de 3,5 points en actions du secteur énergétique, afin de tirer parti des prévisions de Marchés mondiaux CIBC voulant que le prix du baril de pétrole brut dépasse 70 $US au cours du second semestre de l’année. Le prix de l’uranium devrait atteindre un niveau record, car la demande mondiale pour l’énergie nucléaire continue d’être soutenue par les préoccupations de plus en plus grandes de la communauté internationale au sujet des émissions de gaz à effet de serre.

Pour lire l’analyse de marchés mondiaux CIBC(en anglais), cliquez ici :

Loading comments, please wait.