A A A
Économie

L’économie canadienne régresse pour un 5e mois d’affilée

3 août 2015 | La Presse Canadienne | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le Canada n’échappera pas à la récession, mais celle-ci ne ressemblera en rien aux récessions classiques qui ont marqué les années 1980 ou 1990 ou la crise financière de 2008.

Les données rendues publiques par Statistique Canada vendredi indiquent en effet que le produit intérieur brut (PIB) réel s’est contracté pour un cinquième mois consécutif en mai, cédant 0,2 % en raison des faiblesses dans les secteurs de la fabrication, de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière, de l’extraction pétrolière et gazière et dans le commerce de gros.

Une récession, par définition, survient lorsqu’une économie connaît deux trimestres consécutifs de contraction, et tout indique que ce sera le cas lorsque les données du mois de juin seront connues.

« Pour éviter que le deuxième trimestre soit négatif, il faudrait avoir une croissance mensuelle de 1 % ou plus en juin, ce qui n’est arrivé que deux fois dans l’histoire », a mentionné l’économiste en chef du Mouvement Desjardins, Benoît Durocher, à La Presse Canadienne.

« Il est hautement improbable qu’on puisse éviter la récession », a-t-il ajouté.

RÉCESSION OU CONTRACTION?

Cependant, les chiffres peuvent être trompeurs. Benoît Durocher parle d’ailleurs d’une récession « technique », d’une part « parce que l’ampleur du recul est assez faible par rapport à ce que l’on a connu lors de récessions plus classiques. D’autre part, les difficultés sont très concentrées. »

Son confrère Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint à la Banque Laurentienne, hésite même à parler de récession.

« D’un point de vue technique, oui, le Canada est en récession, dit-il. Mais la faiblesse de l’économie est concentrée évidemment dans les provinces pétrolières (Alberta, Saskatchewan, Terre-Neuve). On a du mal à ressentir cette faiblesse du côté de l’Ontario ou du Québec, par exemple […] On peut peut-être utiliser le mot ‘contraction’ pour l’instant. »

Dans le secteur de l’extraction de pétrole et de gaz, on a constaté un repli de 1 %, attribuable à une baisse dans l’extraction de pétrole et de gaz naturel par des méthodes classiques. L’extraction de pétrole par des méthodes non classiques a également connu un recul, ajoute Statistique Canada.

UNE REPRISE RAPIDE?

« On peut se permettre d’être un peu plus optimistes pour la deuxième moitié de 2015 », estime Benoît Durocher.

Il appuie cette affirmation sur le fait que la demande américaine demeure assez vigoureuse dans un contexte de dépréciation du dollar canadien et il dit s’attendre à une certaine stabilisation dans le secteur de l’énergie.

« Le gros des baisses [du prix du pétrole] est derrière nous. Donc, l’effet négatif sur le secteur de l’énergie devrait tendre à s’estomper graduellement, ce qui devrait permettre à l’économie canadienne de reprendre son souffle en deuxième moitié d’année. »

Cet optimisme est toutefois loin d’être partagé par son confrère de la Banque Laurentienne.

« Dernièrement, on a eu des développements plutôt défavorables sur le marché mondial du pétrole et ça va tranquillement se transmettre possiblement par des chiffres peut-être encore peu reluisants. On n’a pas encore atteint le creux, selon moi », affirme Sébastien Lavoie.

Il souligne que la confiance des entreprises était en baisse au mois de juillet et que d’autres facteurs laissent croire qu’il sera difficile de chasser la morosité.

« Il commence à y avoir quelques doutes quant à un rebond pour la deuxième moitié de l’année. On a vu cette semaine des entreprises dans le secteur pétrolier annoncer une nouvelle vague de coupes – en capital et en emplois – et on sait que le secteur immobilier devrait ralentir aussi d’ici la fin de l’année », souligne-t-il.

« Tout ça vient contrecarrer l’attente d’un raffermissement de la croissance économique. »

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques