A A A
Épargne

Légère hausse de l’épargne en vue au Québec

24 janvier 2014 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les Québécois prévoient épargner, en moyenne, 6179 $ en 2014, indique un sondage de BMO Groupe financier. C’est 2,7 % de mieux qu’en 2013 (6017 $).

Le niveau d’épargne des Québécois pour 2014 tranche nettement avec celui des Canadiens, qui sont censés mettre de côté 9635 $. Ce montant de 6179 $ est la plus faible prévision d’épargne au pays. La Colombie-Britannique affiche le plus fort niveau, avec 15 117 $.

BMO n’explique pas cette divergence. De manière générale, l’institution bancaire se dit encouragée par les résultats de son sondage, mais elle rappelle que certains facteurs, comme le niveau élevé des dépenses et des dettes, pourraient empêcher les épargnants de réaliser leurs objectifs.

« En tenant compte de ces obstacles, nous conseillons à ceux qui n’atteignent pas leurs objectifs de prendre des mesures simples, comme la mise de côté de montants plus petits dans un compte distinct et l’utilisation de prélèvements automatiques pour commencer », recommande BMO.

La plupart des mises de côté se feront dans un compte de chèques ou un REER, mais plusieurs Canadiens se serviront d’un CELI ou d’un compte à intérêt élevé. L’épargne pour des vacances constitue la plus haute priorité pour 2014 (48 %), suivie de la constitution d’un fonds d’urgence (43 %) et de l’épargne pour la retraite (39 %).

Certaines données de l’étude demeurent préoccupantes. Ainsi, en 2013, on a assisté à une baisse sensible du pourcentage de Canadiens qui n’ont rien épargné, de 28 % en 2012 à 17 % en 2013. Les écueils les plus fréquents à l’atteinte des objectifs d’épargne sont l’insuffisance des revenus (69 %), les dépenses élevées (67 %) et la gestion de l’endettement (50 %).

À lire : Vers un endettement moindre en 2014?

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques