A A A
Économie

Légère hausse des actifs de retraite canadiens

24 octobre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Rien ne semble vouloir arrêter les actifs de retraite. Ni l’économie euro stagnante, ni les tensions mondiales. À preuve, ceux-ci viennent d’enregistrer une légère hausse pour le trimestre terminé le 30 septembre, le cinquième d’affilée, selon le dernier sondage de RBC Services aux investisseurs et de trésorerie.

Les caisses des régimes à prestations déterminées ont généré un rendement de 1,1 % au second trimestre de 2014, pour un taux de 8,6 % depuis le début de l’année.

Selon le sondage, la catégorie des marchés étrangers a dominé les autres catégories au troisième trimestre, avec une hausse de 2,7 % de l’indice MSCI Monde.

« Les gains sur devises ont constitué la majeure partie du rendement trimestriel, compte tenu de la hausse de 4,9 % du dollar américain par rapport au dollar canadien », a commenté Scott MacDonald, premier directeur général, Régimes de retraite, RBC Services aux investisseurs et de trésorerie.

Selon lui, les résultats enregistrés depuis le début de l’année « montrent que les actifs étrangers ont gagné 8,4 %, soit 0,9 % sous l’indice de référence mondial. »

Toutefois, la baisse des prix des produits de base a eu un impact sur la hausse des titres canadiens, le recul de 0,6 % de l’indice composé S&P/TSX au troisième trimestre ayant situé le cumul sur l’année à 12,2 %. Les régimes de retraite affichent par conséquent un rendement inférieur de 0,5 % à celui de l’indice trimestriel et de 0,7 % à celui de l’année en cours.

« En septembre, les obligations ont perdu une partie des gains réalisés mais elles ont quand même affiché un rendement de 1,1 % pour le trimestre et de 6,5 % en cumul annuel. Comme au premier semestre, cette vigueur a permis à l’indice des obligations à long terme FTSE TMX de grimper de 2,3 % pour le trimestre et de 11,6 % depuis le début de l’année », a noté M. MacDonald.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques