A A A
Affaires

L’émotion, la raison et la Bourse

10 septembre 2010 | William André Nadeau | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La Bourse est le reflet du comportement des investisseurs. Un comportement d’abord influencé par l’émotion et ensuite par la raison. La sélection de titres selon des critères rationnels donne de meilleurs résultat quand l’indice VIX est inférieur à 30, écrit William André Nadeau, gestionnaire de portefuille et fondateur du cabinet Orientation Finance.

À long terme, les cours boursiers évoluent en ligne droite avec les données fondamentales qui le justifient. Les cours boursiers nord-américains ont progressé d’environ 10 % l’an depuis 50 ans. Les profits des sociétés ont progressé aux États-Unis d’environ 7 % l’an, pour la même période. En y ajoutant 3 % de dividendes, les cours boursiers ont évolué dans la même direction que la progression des profits des entreprises.

Toutefois, à plus court terme, les fluctuations sont importantes. La perception de la juste valeur des cours résulte de l’intensité de l’émotion. Si la perception est négative, les cours risquent de baisser plus que ne le justifient les données fondamentales et vice-versa.

En finance comportementale, nous considérons le comportement émotif des investisseurs. Les fluctuations des cours sont d’abords la finalité de décisions émotives à court terme. L’indice VIX mesure bien l’intensité de cette émotion sur l’ensemble du marché. Un indice en haut de 30 indique que la perception émotive l’emporte sur les décisions rationnelles.

Nous avons simulé sur 10 ans la relation entre un indice VIX élevé et l’indice S&P/TSX. La recherche avait comme objectif de démontrer s’il serait dangereux de sortir du marché en état d’émotions survoltées. Les conclusions étaient légèrement favorables mais pas assez concluantes pour en faire une stratégie gagnante. Un indice émotif élevé est opportun, en période de panique où les cours baissent beaucoup, tout comme en période d’euphorie où c’est la réaction inverse sur les cours qui se produit.

Pour les investisseurs ou les gestionnaires de type fondamental « stock picker », un indice émotif élevé rend leurs stratégies moins efficaces pendant ces périodes. L’opération de sélection de titres selon des critères rationnels donne de meilleurs résultats quand l’indice VIX est inférieur à 30.

Le contenu de cette chronique a été gracieusement fourni par le cabinet Orientation Finance.

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000