A A A
Argent

Les 100 PDG canadiens les mieux payés ont empoché 9,2M$ en 2013

7 janvier 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La rémunération des chefs d’entreprises les mieux payés au pays a augmenté deux fois plus entre 2008 et 2013 que celle du travailleur moyen, selon une étude du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) citée par La Presse canadienne.

Ainsi, les 100 présidents-directeurs généraux les mieux rémunérés ont empoché en moyenne 9,2 millions de dollars en 2013, soit environ 25 % de plus que ce qu’ils avaient gagné en 2008.

En comparaison, le revenu moyen des Canadiens, lui, a augmenté de 12 % de 2008 à 2013, pour se fixer à 47 358 dollars.

87,9 M$ pour Gerald Schwartz, d’Onex

Il faut remonter à 2007, juste avant la crise, pour retrouver un tel sommet dans la rémunération des 100 chefs d’entreprise les mieux payés, avec une moyenne de 10 millions de dollars, précise le rapport, qui a passé au crible les données concernant les PDG de 240 compagnies cotées à l’indice TSX.

Le calcul de leur rémunération comprend le salaire, les primes, la cession d’actions et les options d’achat d’actions.

En vertu de ce calcul, c’est le patron du fonds d’investissement Onex, Gerald Schwartz, qui a empoché la plus grosse rémunération en 2013, soit 87,9 millions. Ce total comprend 61,4 millions en options d’achat d’actions, et une prime de 25,2 millions.

… et 7,43 M$ pour Pierre Karl Péladeau

Le deuxième dirigeant le mieux payé est Nadir Mohamed, de Rogers Communications, qui a gagné 26,8 millions, suivi de Michael Wilson, du producteur de fertilisants Agrium, avec 23,8 millions. Ces deux PDG ont pris leur retraite en 2013 et ont alors reçu d’importants paiements liés à leur départ.

Le dernier du palmarès est Thomas Simons, de Canadian Energy Services & Technology, qui a perçu une rémunération de « seulement » 4,1 millions.

Le magnat québécois des médias Pierre Karl Péladeau, actionnaire de contrôle de Québecor, figure quant à lui en 53e position sur la liste, avec une rémunération de 7,43 millions. Il arrive tout juste derrière les frères André et Paul Desmarais, codirigeants de Power Corporation, qui se classent aux 50e et 51e rangs avec, respectivement, 7,73 et 7,67 millions.

195 fois le revenu moyen des Canadiens

En remontant plus loin dans le temps, l’étude a découvert que la rémunération moyenne des 100 patrons les mieux payés était 105 fois plus élevée que le revenu moyen des Canadiens en 1998, comparativement à 195 fois en 2013.

Le CCPA montre par ailleurs que le fossé est encore plus grand chez les femmes : toujours en 2013, les patronnes qui font partie du « top 100 » ont en effet gagné 237 fois plus que la moyenne des femmes canadiennes.

Ces résultats sont « une illustration très forte de l’accroissement des inégalités de revenus au Canada, affirme l’auteur de l’étude, Hugh Mackenzie. Je ne crois pas que ça puisse durer. Tôt ou tard, les préoccupations liées aux inégalités de revenus commenceront à compter politiquement, et quelque chose devra se produire ».

La rédaction vous recommande :

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques