A A A
Attention

Les ACVM appellent les investisseurs à la prudence

19 mars 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les clients doivent prendre le temps de vérifier si la personne qui leur offre d’acquérir des actions, des obligations, des titres d’organisme de placement collectif ou d’autres valeurs mobilières est inscrite, rappellent les ACVM.

À l’occasion de la Journée de la vérification de l’inscription, qui se déroulait hier, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières ont invité les investisseurs de partout au pays à se protéger contre la fraude « en commençant par vérifier si la personne ou la société leur offrant des placements ou des conseils en la matière est inscrite ».

« Vérifier l’inscription est crucial »

La raison? Les autorités en valeurs mobilières « n’inscrivent que les personnes ou les sociétés qui possèdent les compétences requises », rappelle l’organisme.

Pour leur protection, les investisseurs ont donc intérêt à vérifier l’inscription de la personne ou de la société à qui ils confient leur argent afin de s’assurer qu’elle est autorisée à leur offrir des placements ou des conseils en la matière.

« Les investisseurs devraient avoir confiance en la personne ou en la société qu’ils ont choisie pour gérer leurs investissements, et la vérification de l’inscription est cruciale pour jeter les bases de cette confiance », souligne Bill Rice, président des ACVM et président-directeur général de l’Alberta Securities Commission.

Un outil d’aide en ligne

Afin de les aider, les autorités mettent à leur disposition le Moteur de recherche national de renseignement sur l’inscription, un outil en ligne qui leur permet de vérifier facilement si une société ou une personne est inscrite pour offrir des titres ou des conseils en placement.

Tout client qui constaterait que la personne ou la société qui lui propose un investissement n’est pas inscrite doit immédiatement prendre contact avec l’Autorité des marchés financiers.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques