A A A
Établissements

Les banques russes durement frappées par la crise

17 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Près de 70 banques ont perdu leur licence bancaire en Russie depuis le début de l’année à cause d’un manque de capitaux, rapporte l’Agence France-Presse.

Ces institutions financières ont été durablement affectées par l’effondrement du rouble survenu à la fin de 2014 et par la récession qui touche le pays, liée notamment à la chute des cours du pétrole et aux sanctions imposées par les pays occidentaux à la suite de la crise ukrainienne.

Le nombre de faillites s’est accéléré au cours des dernières semaines, souligne l’AFP, puisque depuis le début du mois de novembre, 10 établissements bancaires ont mis la clé sous la porte faute de capitaux.

NIVEAU INSUFFISANT DE CAPITAL

Durant la seule journée d’hier, la banque centrale de Russie a annoncé avoir retiré les licences des banques Gorod (190e du pays sur environ 750), Vityaz (462e) et NST Bank (533e).

Pour justifier ces fermetures, le régulateur financier russe a invoqué un niveau insuffisant de capital et des difficultés de liquidités empêchant un fonctionnement normal. Dans le cas de Gorod, il a par ailleurs évoqué « des transactions douteuses impliquant notamment des transferts de fonds à l’étranger en importantes quantités ».

Le système bancaire russe a été durement ébranlé par la crise du rouble l’an dernier, alors qu’il était déjà jugé particulièrement fragile par les observateurs, avec à l’époque quelque 800 établissements, rappelle l’AFP.

RECULS IMPORTANTS DU PIB

Les autorités avaient d’elles-mêmes entrepris, avant la cascade de faillites actuelle, de « purger » le secteur pour le débarrasser de ses éléments les plus faibles.

Selon une première estimation publiée la semaine dernière par l’agence des statistiques Rosstat, le produit intérieur brut du pays a reculé de 4,1 % au troisième trimestre par rapport à la même période un an plus tôt, après les reculs enregistrés aux deuxième (-4,6 %) et premier trimestres (-2,2 %).


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques