A A A

Les banquiers canadiens veulent parler d’assurance

23 juin 2005 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(23-06-2005)«Les consommateurs devraient pouvoir obtenir l’information ou lesrecommandations dont ils ont besoin en matière d’assurance au momentet à l’endroit où ils le désirent. Il est temps qu’ilspuissent le faire.» Voilà le message qu’a lancé leprésident de l’Association des banquiers canadiens(ABC), RaymondJ. Protti, au cours d’une allocution prononcée devant le Club économiquede Toronto mercredi dernier.

Citant les résultats d’un sondage réalisé en mai,Raymond J. Protti estime que le fait que de l’information en matièred’assurance ne soit pas disponible dans les succursales bancaires «n’atout simplement aucun sens». Selon lui, 90 % des Canadiens sont d’avisqu’il est important d’avoir plus de choix possible quant aux sourcesd’information sur les produits d’assurance, y compris les succursalesbancaires.

Toutes les exigences imposées par le gouvernement fédéralvisant la protection des consommateurs sont maintenant satisfaites, dit-il.Il n’y a donc aucune raison pour que les banques ne puissent pas fournirde l’information relative à l’assurance hypothécaire,à l’assurance vie et à l’assurance auto aux clientsqui en font la demande.

Il indique que, actuellement, les consommateur peuvent trouver des renseignementssur les assurances à l’épicerie, dans les grands magasins et dansles clubs-entrepôts comme Costco. «Si on peut obtenir de l’informationsur des produits financiers à l’endroit où on achètedes hamburgers congelés ou des légumes, n’est-il pas logiquede pouvoir obtenir cette même information dans une banque?»

Afin d’améliorer la capacité des consommateurs de faireun choix éclairé sur le marché des assurances, l’ABCpropose quatre recommandations pour modifier la Loi sur les banques et sa réglementation.Ainsi, les consommateurs devraient pouvoir :

1. Avoir accès facilement, dans les succursales bancaires, àde l’information précise sur la gamme complète des produitsd’assurance convenant à leur situation et à leurs besoins.
2. Obtenir de leur succursale bancaire une recommandation d’un spécialistede l’assurance à l’extérieur de la succursale, quipourrait leur donner plus de conseils sur des produits d’assurance préciset l’accès à ces produits.
3. Autoriser leur banque à leur donner de l’information personnaliséesur l’assurance en fonction de leur situation personnelle et familiale.
4. Permettre à leur banque de transmettre des renseignements pertinentsles concernant à un spécialiste de l’assurance afin de faciliterl’obtention d’information et de conseils sur des questions d’assurance.

Loading comments, please wait.