A A A
Achats/ventes au detail

Les biens de consommation de base : une valeur sûre

17 mars 2014 | Bryan Borzykowski | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Bien que personne n’ait complètement été épargné en 2008, nous constatons aujourd’hui que certains investisseurs s’en sont mieux tirés que d’autres, et que ceux qui ont appliqué de bonnes vieilles théories de placement ont subi moins de pertes que la moyenne.

Si une théorie a vraiment tenu la route pendant le krach, c’est celle qui veut que le secteur des biens de consommation de base soit plus sûr que la plupart des autres. Du 11 septembre 2008 au 9 mars 2009, le S&P 500 a chuté de 42 %, alors que l’indice des prix à la consommation n’a baissé que de 33 %. La plupart des indices des autres secteurs ont subi une chute plus brutale.

Les titres des sociétés de biens de consommation de base sont intrinsèquement fiables puisque celles-ci vendent des biens dont les gens ont besoin, quel que soit le climat économique, affirme Kevin Prins, vice-président pour l’Ontario de FNB BMO. La nourriture, les produits hygiéniques, les boissons gazeuses et même le tabac et l’alcool performent mieux même en cas de repli boursier. Ainsi, des sociétés comme Walmart, Loblaw, McDonald’s et Procter & Gamble résistent bien en période de récession.

Point d’ancrage

  • Si l’évaluation des actions de consommation de base a atteint des sommets historiques, faites attention de ne pas trop en liquider, dit Brian Madden, gestionnaire de portefeuille à Placements AGF.
  • M. Madden explique que chaque client devrait posséder une certaine quantité d’actions de consommation de base afin de limiter la volatilité du portefeuille. Si on ne s’inquiète pas de l’exposition à ce secteur, il faut bien évaluer l’argent à y investir. « C’est trop tôt pour se défaire de certains de ces titres, mais je ne crois pas que j’y investirais de l’argent tout neuf », dit-il. Si l’économie continue à s’améliorer et les évaluations, à augmenter, il considérera en vendre.
  • Naveed Rahman, gestionnaire de portefeuille institutionnel à Fidelity Management & Research Company, maintient une position surpondérée relativement à cette catégorie d’actifs. Si son équipe et lui ne conserveront pas toujours cette position, il y a peu de chance qu’ils passent à une position démesurément sous-pondérée. « Les biens de consommation de base servent de fondation à nos portefeuilles, affirme M. Rahman. La pondération dépend de l’évaluation et de certains grands paramètres. »

« C’est l’idéal pour ceux qui cherchent des placements à moindre risque », dit-il.

Cela étant dit, l’excellente performance du secteur des biens de consommation de base a tout de même réussi à surprendre plusieurs experts en placement.

Habituellement, lorsque les marchés se rétablissent, les investisseurs vendent les placements prudents et achètent des actions axées sur la croissance. Ce ne fut pas le cas cette fois. Depuis janvier, l’indice S&P des prix à la consommation a fait un bond de presque 17 %, alors que le S&P 500 a grimpé de 15,4 %.

« Il est inhabituel que ce secteur obtienne de meilleurs résultats malgré un marché [d’actions américaines] orienté à la hausse, affirme Brian Madden, gestionnaire de portefeuilles à Placements AGF. Il devrait rester à la traîne. »

Les biens de consommation de base réussissent bien, malgré la hausse des marchés américains, parce que les gens s’inquiètent de l’avenir. Ils préfèrent s’en tenir à des titres traditionnellement sûrs en cas d’un autre revers. Plusieurs fournisseurs de biens de consommation de base sont des multinationales : ils vendent des produits de marque, et leurs gains et flux de trésorerie sont stables et prévisibles.

Un grand nombre de ces multinationales sont des vaches à lait dont les dettes au bilan sont faibles, ainsi elles paient des dividendes intéressants – c’est essentiel dans un environnement de faibles taux d’intérêt comme celui d’aujourd’hui. Les grands noms jouissent aussi d’une position supérieure au sein des marchés émergents, ce qui favorise la croissance.

Mais cette surperformance inattendue signifie également que plusieurs segments de marché sont surévalués. Le secteur dans son ensemble s’échange à un multiple de 15 fois les bénéfices, ce qui est corrélé avec le S&P 500.

 

Sukyong Yang, gestionnaire de portefeuille à Gestion privée Cumberland, n’a pas acheté d’actions de biens de consommation de base depuis au moins six mois, puisqu’il est de plus en plus difficile de dénicher de bons placements. « Ce sont des sociétés de bonne qualité, mais je dois quand même m’en tenir aux évaluations », dit-elle.

Page suivante >>>>>

Loading comments, please wait.