A A A
Épargne

Les Canadiens investissent de plus en plus

8 juillet 2014 | Rémi Maillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


La hausse des marchés boursiers stimule la confiance des investisseurs canadiens et les incite à augmenter la part de leur revenu consacrée aux placements, indique le plus récent Indice de perspectives de placement TD, publié hier.

D’après ce sondage annuel, réalisé en ligne par Head Research en mai dernier auprès de 1002 investisseurs « d’un océan à l’autre », plus de la moitié (56 %) des répondants ont vu leurs placements prendre de la valeur au cours des 12 derniers mois.

En outre, 49 % d’entre eux s’attendent à des gains soutenus au cours des 12 prochains mois, alors qu’ils étaient seulement 41 % à anticiper une telle hausse en 2013.

Résultat, les personnes sondées y consacrent désormais 14 % de leur revenu, comparativement à 12,6 % l’an dernier, et 20 % d’entre elles prévoient accroître la proportion des revenus qu’elles affectent à l’acquisition de valeurs mobilières, du moins si les marchés boursiers continuent de s’améliorer.

Optimistes… mais prudents

Selon l’Indice, plus du tiers des investisseurs canadiens s’attendent par ailleurs à ce que les économies canadienne (35 %) et étasunienne (36 %) s’améliorent au cours des 12 prochains mois, en hausse par rapport au quart des investisseurs qui prévoyaient des améliorations en 2013 (26 % et 27 %, respectivement).

« Les marchés boursiers ayant atteint des sommets record dernièrement, il est compréhensible que les investisseurs soient optimistes et cherchent à placer une large part de leur revenu, note la TD. Mais, même si les marchés fléchissent un peu, il reste aux investisseurs d’excellentes possibilités de continuer à obtenir de solides rendements s’ils se constituent un portefeuille équilibré, offrant des perspectives de croissance, tout en respectant leur niveau de tolérance au risque. »

En effet, le sondage relève que la récente crise économique a rendu de nombreux investisseurs plus prudents. Ainsi, le tiers d’entre eux (33 %) disent avoir « une faible tolérance au risque ». Dans le cas des investisseurs qui approchent de l’âge de la retraite, cette proportion passe même à 41 %.

À noter que les fonds communs de placement sont l’un des investissements les plus populaires au pays, puisqu’ils occupent une place de choix dans le portefeuille de plus des deux tiers des investisseurs (68 %). Les FCP sont suivis des certificats de placement garanti/dépôts à terme (51 %) et des valeurs et actions particulières  (41 %).

Quels objectifs de placement ?

L’immobilier demeure également une forme d’investissement populaire : près de quatre investisseurs sur dix (37 %) estiment qu’il représentera toujours un placement rentable.

L’Indice de la TD montre par ailleurs que le financement de la retraite et l’atteinte de l’indépendance financière constituent les objectifs de placement à long terme les plus importants des Canadiens, une tendance similaire à ce qui avait été observé lors du sondage mené en 2013.

Conserver un bon niveau de vie à la retraite est également le principal but visé à court terme, suivi de près par les voyages, puis par l’indépendance financière et le remboursement des dettes.

L’achat d’une maison constitue l’objectif à court et à long terme d’un investisseur canadien sur dix.

Absence de stratégie

Enfin, le sondage révèle qu’en dépit de ces objectifs, près du tiers des investisseurs (29 %) ne possèdent pas de stratégie de placement ou en suivent rarement une, et que seul un sur cinq s’est doté d’une stratégie qu’il suit à chaque fois qu’il a une décision à prendre.

Pire, près de la moitié des répondants (48 %) déclarent avoir du mal à comprendre les divers placements offerts aujourd’hui, et affirment ignorer vers qui se tourner pour obtenir des conseils dignes de confiance.

Conclusion de la TD : « Il peut être difficile d’élaborer un plan d’investissement visant la réalisation des objectifs à court et à long terme, particulièrement du fait que l’éventail de placements est très large. C’est pourquoi un nombre croissant d’investisseurs font appel à des conseillers financiers pour connaître les options qui s’offrent à eux et élaborer un plan d’investissement répondant à leurs besoins. »

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques