A A A
Crédit

Les Canadiens sont « bien » endettés

13 août 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le taux d’endettement des Canadiens ne semble pas en voie de s’estomper, mais il semblerait toutefois que la majorité de leurs emprunts soient constitués de « bonnes » dettes, a constaté un sondage de BMO.

Mené par Pollara auprès d’un millier de Canadiens, le sondage révèle que la vaste majorité des répondants (80 %) sont endettés et que la moyenne s’élève à 93 000 $. Mais même si les dépenses discrétionnaires restent préoccupantes, les achats avisés comme l’acquisition d’une maison, les rénovations domiciliaires et les dépenses d’études sont les principales sources d’endettement des Canadiens.

« Compte tenu des craintes que suscite le lourd fardeau d’endettement, il est plutôt rassurant de constater que les Canadiens contractent en général de bonnes dettes pour financer des investissements dans leur maison et dans leur éducation, plutôt que de mauvaises dettes comme des dépenses discrétionnaires pour des vacances et des divertissements », souligne Sal Guatieri, économiste principal à BMO Marchés des capitaux.

LA MAISON, PRINCIPALE RESPONSABLE

Plus de la moitié (59 %) des Canadiens ont cité l’achat d’une maison comme étant un facteur important de leur dette actuelle. Selon le Service des études économiques de BMO, les ventes de maisons ont connu une hausse de plus de 6 % au premier trimestre de 2015 par rapport à l’an dernier.

Les frais liés à l’achat d’une propriété sont généralement suivis de dépenses en rénovations. Le tiers des Canadiens ont indiqué que des rénovations ou des réparations domiciliaires avaient contribué à l’augmentation de leur dette cette année, et un répondant sur dix a même avoué que cela avait été sa principale source d’endettement.

ROULER ET ÉTUDIER

Alors que les ventes de véhicules automobiles ont atteint un sommet record selon le Service des études économiques de BMO, un peu moins de la moitié des Canadiens (46 %) qui détiennent une dette ont indiqué que l’achat d’une voiture avait rehaussé leur niveau d’endettement. Environ 18 % ont cité cet achat comme étant leur dette principale. Le taux d’intérêt peu élevé, la durée prolongée des prêts et l’augmentation des taux d’emploi devraient contribuer à faire perdurer la tendance.

Les dépenses incluant les droits de scolarité, les livres et les fournitures scolaires ont pour leur part crû d’environ 3 %, augmentant encore la pression sur les dettes d’études. Le rapport a en outre révélé que 37 % des Canadiens de moins de 35 ans doivent rembourser un prêt d’études et que 32 % de tous les Canadiens sondés ont déclaré que leurs dépenses d’études comptaient pour une part de leur niveau d’endettement actuel.

Sources importantes d’endettement citées par région

Source d’endettement National Atl. Qué. Ont. Man./Sask. Alb. C.-B.
Achat d’une maison 49 % 41 % 55 % 46 % 45 % 55 % 51 %
Achat d’une voiture 46 % 52 % 47 % 49 % 43 % 37 % 42 %
Rénovations/Réparations de la maison 33 % 32 % 35 % 37 % 23 % 21 % 31 %
Frais d’études 32 % 27 % 31 % 39 % 22 % 18 % 32 %
Vacances 28 % 28 % 27 % 32 % 17 % 14 % 33 %
Soins de santé/Coûts des médicaments 25 % 24 % 28 % 26 % 17 % 17 % 28 %
Divertissement 22 % 19 % 24 % 25 % 15 % 18 % 20 %
Appareils électroniques 20 % 18 % 24 % 25 % 12 % 11 % 13 %
Actions et placements 15 % 10 % 16 % 20 % 8 % 9 % 13 %

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques