A A A
Affaires

Les clients fortunés se trouvent parmi les immigrants

23 août 2012 | Dominique Lamy | Mis à jour le 4 mars 2013 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


L’immigration joue un rôle d’importance dans l’activité économique du Canada avec ses nouveaux arrivants qui apportent non seulement de nouvelles idées et leur propre culture au pays, mais aussi le succès de leur entreprise et leur richesse financière personnelle également. Regard sur le phénomène de l’immigration économique, celle qui ajoute près de 2 milliards de dollars annuellement dans l’économie canadienne.

Le Canada se veut de facto l’un des principaux pays d’immigration du monde, accueillant annuellement quelque 250 000 résidents permanents et au-delà de 200 000 travailleurs étrangers temporaires et étudiants étrangers.

D’après le rapport annuel 2010 de Citoyenneté et Immigration Canada, le Canada aurait admis près de 154 000 immigrants à des fins économiques lors de cette seule année, ce qui représente près de 61 % de toutes les nouvelles arrivées au pays.

Près de 11 000 d’entre eux étaient des entrepreneurs et gens d’affaires qui contribuent à l’économie canadienne en opérant leurs entreprises respectives au pays. Les entrepreneurs doivent investir dans une entreprise au Canada qui doit créer au moins un emploi pour une personne ne faisant pas partie de leur famille immédiate, et participer à sa gestion. Ils doivent rendre compte régulièrement de l’état d’avancement de leurs affaires.

Une autre tranche de 3650 immigrants sont des investisseurs à proprement dit, ce qui signifie qu’ils doivent notamment posséder une valeur nette minimale de 1,6 million de dollar au Canada, et offrir au gouvernement canadien un prêt sans intérêt de 800 000 dollars d’une durée de cinq ans. Ils ne font pas l’objet d’un suivi ou de d’autres exigences réglementaires une fois qu’ils sont arrivés au Canada.

L’exemple de Hari Panday
Dans un article publié sur Advisor.ca, l’auteur Raf Brusilow expose l’exemple d’un immigrant, Hari Panday, PDG de PanVest Capital Corporation, arrivé au Canada en provenance de l’Inde il y a 35 ans. Outillé par le désir de réussir et de démontrer la capacité des immigrants talentueux à enrichir la communauté des affaires canadiennes, M. Panday a fondé ICICI Bank Canada en 2003, amenant l’organisation à gérer plus de 4 milliards d’actifs.

Pas seulement une question d’argent
Cependant, l’argent n’est pas le seul critère de l’équation. Sous peine de refus, les immigrants entrepreneurs ou investisseurs doivent remettre la documentation complète justifiant la source de leur richesse qu’ils projettent d’amener au Canada. Généralement, la planification financière et administrative pour recueillir toute la documentation nécessaire s’effectue longtemps avant l’arrivée au pays.

Les critères que les demandeurs doivent remplir pour être jugés admissibles diffèrent d’une catégorie à l’autre (investisseurs, entrepreneurs ou travailleurs autonomes).

Depuis le 1er juillet 2012, cependant, Citoyenneté et Immigration Canada a temporairement arrêté  jusqu’à nouvel ordre d’accepter les demandes présentées au titre du Programme fédéral d’immigration des investisseurs afin de se concentrer, pendant la révision dudit programme, sur le traitement des demandes en cours d’évaluation.

Loading comments, please wait.