A A A
Dollar

Les déductions fiscales les plus loufoques

27 février 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Alors que chacun se prépare à remplir sa déclaration d’impôts, H&R Block Canada s’est amusé à recenser toutes sortes de déductions fiscales sortant de l’ordinaire.

En effet, certains contribuables particulièrement imaginatifs apportent parfois des arguments plutôt surprenants pour justifier leurs déductions fiscales. Encore plus surprenant, c’est que certaines de ces déductions ont été acceptées par l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Voici quelques exemples de ce qui a fonctionné… et de ce qui n’a pas marché.

ACCEPTÉ

Nourriture supplémentaire nécessaire pour les messagers

La Cour d’appel fédérale a statué que la nourriture nécessaire à un messager à pied ou en transports en commun pouvait être déclarée comme dépense d’entreprise. Et ce en raison de l’énergie supplémentaire que celui-ci doit dépenser.

Montant pour conjoint pour les veuves

Lorsqu’une veuve convole en justes noces immédiatement après le décès de son mari, le défunt et son nouveau mari peuvent tous les deux demander un montant pour conjoint pour elle.

Nourriture pour chats et chiens

Bien qu’on ne puisse habituellement pas déclarer comme dépense admissible la nourriture pour animaux de compagnie, un agriculteur a été autorisé à le faire pour ses chiens et ses chats. En effet, ceux-ci avaient été acquis pour chasser les bêtes sauvages de ses champs de bleuets.

Les diamants sont les meilleurs amis d’une femme

Une strip-teaseuse a été autorisée à conserver près de deux millions de dollars en dons provenant d’un client satisfait, malgré que l’ARC a tenté de faire valoir qu’ils constituaient un revenu. La Cour de l’impôt a jugé qu’il s’agissait bel et bien de cadeaux.

Jeu sans stratégie

L’ARC a tenté de faire valoir que deux frères faisaient fonctionner une entreprise en jouant aux loteries sportives régulièrement. Un juge a décidé qu’ils n’avaient pas de stratégie discernable ou de système pour placer leurs paris et qu’ils avaient gagné leur argent par chance. Ces montants n’ont donc pas été considérés comme un revenu.

REJETÉ

Coupe de cheveux

Même si votre travail vous oblige à avoir une apparence soignée et à aller chez le coiffeur deux fois par mois, le coût de la coupe n’est pas déductible de votre revenu d’emploi.

Marijuana saisie

Un stock de marijuana saisi par les autorités ne peut être considéré comme une « perte d’inventaire » déductible du revenu d’un contribuable.

Voyages dans le Sud

Même si votre médecin vous a recommandé de partir vers des cieux plus cléments pour aider à traiter une maladie de peau, le coût d’un voyage à Las Vegas ou en Floride ne peut être réclamé à titre de frais médicaux.

Le jeu comme entreprise

Un avocat devenu joueur professionnel a eu plus de 100 000 $ de pertes non admissibles comme dépenses d’entreprise parce qu’il ne pouvait pas prouver qu’il avait un véritable plan d’affaires.

Leçons de danse

Bien que le coût des leçons de danse de votre enfant soit admissible au crédit d’impôt pour les activités artistiques des enfants, il ne peut être réclamé comme frais de garde.

Ballons de football

Le montant que doit payer un joueur de football professionnel pour chaque ballon qu’il lance dans les tribunes ne peut être réclamé comme une dépense sur son revenu d’emploi.

Loi incompréhensible

Soutenir que la Loi de l’impôt sur le revenu est difficile à comprendre n’est pas une défense valable quand on est accusé de ne pas produire de déclaration d’impôt sur le revenu.

Ça, on s’en serait (un peu) douté !

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques