A A A

Les épargnants comprennent mal les questions d’argent

25 septembre 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les conseillers qui priorisent l’éducation de leurs clients ne manqueront jamais de travail, si l’on se fie à un récent sondage de BMO Groupe financier. Mais ils devront bosser fort pour les satisfaire.

En effet, les épargnants ont des connaissances, disons, variées sur le sujet des finances personnelles. Le conseiller doit demeurer alerte, car les questions peuvent fuser de toutes parts.

Ainsi, les épargnants semblent assez au fait des notions complexes. Des 1 000 adultes interrogés, 940 ont décrit correctement ce qu’est un fonds commun. 91 % d’entre eux ont pu expliquer le fonctionnement d’une fiducie de revenu. Résultats surprenants.

Plus étonnant encore le fait que les Canadiens maîtrisent mal les instruments de base de la vie quotidienne. Par exemple, plus des trois quarts (77 %) ne comprennent pas que le taux d’intérêt appliqué sur le solde d’une carte de crédit et celui appliqué aux avances de fonds sont les mêmes. Le concept des intérêts composés? Une personne sur deux seulement l’a présenté correctement.

Les préoccupations financières des consommateurs varient selon leur degré de connaissance du sujet et l’étape à laquelle ils se trouvent dans leur vie.

Ceux qui prétendent avoir une bonne connaissance des questions financières aimeraient en savoir davantage sur les différentes stratégies qui s’offrent à eux et sur la façon de réduire leurs impôts. Les baby boomers sont plus nombreux que les jeunes familles à s’intéresser aux stratégies de placement.

Les personnes qui ont une connaissance inférieure à la moyenne sont davantage préoccupées par la réduction de la dette et la gestion des dépenses mensuelles.

Bon nombre de consommateurs (41 %) croient que les institutions financières rendent les questions d’argent plus compliquées. Elles devraient d’ailleurs faire de plus grands efforts pour aider leurs clients à mieux comprendre les finances personnelles.
                
«Les institutions financières ont clairement la possibilité de s’améliorer en vue d’aider les gens à s’y retrouver en ce qui concerne la gestion de leur argent«, a déclaré Sherry Cooper, économiste en chef bien connue de BMO Groupe financier.

Le sondage a été effectué du 2 au 8 septembre 2008, auprès d’un échantillon de 1 000 adultes canadiens sélectionnés au hasard. Les données ont été recueillies grâce au panel de recherche en ligne propriété de la firme Harris/Decima.

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000